Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Ligotée dans le coffre de sa voiture, une octogénaire échappe à la noyade

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
SOPHIE WATINE - FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Une joggeuse qui courait le long du canal de la Marne au Rhin l'a aperçue en train de couler. Un ouvrier a plongé et l'a libérée. La vieille dame a raconté avoir été agressée dans son pavillon.

Une habitante de Bar-le-Duc (Meuse) âgée de 89 ans a été retrouvée, jeudi 10 octobre au matin, vivante, enfermée les poings liés dans le coffre de sa voiture qui était en train de couler dans un canal à Longeville-en-Barrois, raconte France 3 Lorraine.

L'octogénaire, une célibataire sans enfant qui vivait seule, a expliqué aux enquêteurs avoir été agressée dans son pavillon du centre de Bar-le-Duc, à 4 km de là, quelques heures plus tôt par deux hommes. Ils lui ont recouvert le visage avec un vêtement, laissant la maison "sens dessus-dessous", selon les premières constatations. "Elle a indiqué avoir été surprise dans son sommeil à l'aube, a priori par deux hommes qui l'ont questionnée en la bousculant, voire en la violentant, pour obtenir sa carte bancaire et des bijoux. Au bout d'un certain temps, ils lui ont attaché les mains avec un vêtement et l'ont mise dans le coffre de son véhicule", a expliqué le procureur de Bar-le-Duc, Rémi Coutin.

Une joggeuse qui courait le long du canal de la Marne au Rhin a aperçu vers 8 heures la voiture en train de couler et la vieille dame qui essayait de sortir du coffre, en tentant de déplacer la plage arrière. D'autres joggeurs se sont alors arrêtés et ont prévenu des employés d'une zone industrielle située le long du canal. L'un d'eux a plongé attaché à une sangle et a cassé une vitre à l'aide d'un marteau afin de libérer la victime. Cette dernière a ensuite été ramenée à la rive. "Très choquée", elle a été hospitalisée mais ses jours ne sont pas en danger.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.