Cet article date de plus de cinq ans.

Bretagne : des pompes funèbres soupçonnées de dépouiller les cercueils pour revendre les ornements

Une enquête préliminaire vise le dirigeant d'une entreprise des Côtes-d'Armor, accusé par d'anciens employés d'avoir escroqué des familles.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des cercueils, le 30 octobre 2007, dans un magasin de pompes funèbres à Paris. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Il a été dénoncé par un marbrier. Dans les Côtes-d'Armor, le dirigeant d'une entreprise de pompes funèbres est soupçonné d'escroquerie. L'enquête préliminaire cherche à déterminer si l'entrepreneur dépouillait l'intérieur des cercueils (le capitonnage, les housses mortuaires, les crucifix) pour ensuite les revendre, raconte samedi 6 février Le Télégramme (article payant).

Les enquêteurs ont effectué la semaine passée une exhumation pour vérifier si un cercueil avait été vidé de ses attributs. Si le parquet de Saint-Brieuc n'a pas encore communiqué sur le résultat de cette recherche, plusieurs témoignages sont venus accabler l'entreprise de pompes funèbres.

Récupérer la housse en l'absence de "fuites corporelles"

L'affaire a débuté l'été dernier quand un marbrier, qui avait travaillé avec l'entreprise pendant plusieurs années, est allé dénoncer à la gendarmerie les agissements du patron. Il avait également recueilli le témoignage d'une ancienne employée. Après avoir lu un article sur l'affaire dans la presse, un troisième témoin a téléphoné aux gendarmes, pensant avoir reconnu son ancien patron qui, au début des années 1990, lui demandait de retirer la housse des cadavres et "de la replier quand il n'y avait pas de fuite corporelle", témoigne-t-il auprès du Télégramme. "Cet homme m'ordonnait aussi de retirer les crucifix avant la crémation et de cacher les trous avec des fleurs. Tout ça pour un profit minable", ajoute cet ancien employé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.