VIDEO. Les policiers d'élite salués en héros

Les forces de sécurité ont mis un terme aux cavales meurtrières des frères Kouachi et de Coulibaly. Leurs patrons parlent d'eux en des termes élogieux.

France 2
Les troupes d'élites ont été employées hier, vendredi 9 janvier, pour stopper Kouachi et Coulibaly. La police a payé un lourd tribut : trois morts à Charlie-Hebdo et Montrouge et trois blessés porte de Vincennes.
Les terroristes voulaient mourir en combattant. A Dammartin-en-Goële, où les frères étaient retranchés, le colonel Hubert Bonneau, patron du GIGN, était en contact avec son homologue du Raid, Jean-Michel Fauvergue, porte de Vincennes : "La résolution d'une prise d'otages dépend de l'autre. Donc, on va devoir mettre en place un dispositif poussé en terme de coordination", explique-il à France 2.
 
"Ils peuvent être fiers"
 
"Les deux terroristes sortent les armes à la main et vont engager le feu directement", décrit-il encore. La mort des frères entraîne l'intervention à Paris. Coulibaly est abattu par le Raid, dont les membres "savent qu'ils vont sauver des vies au péril de la leur", assure Jean-Michel Fauvergue.
Parmi les rescapés figurent un enfant et une femme enceinte. "C'est une certaine émotion. Ils ont été très fiers de ça, et ils peuvent l'être", assure le patron du Raid.
"Notre mission, c'est d'interpeller les gens et de les mettre à disposition de la justice. (...) A partir du moment où il engage les policiers par le feu (...), il y a une riposte immédiate", conclut-il.
Le JT
Les autres sujets du JT
Policiers sur le toit à Dammartin-en-Goële pendant la prise d\'otage le 9 janvier 2015
Policiers sur le toit à Dammartin-en-Goële pendant la prise d'otage le 9 janvier 2015 (DOMINIQUE FAGET / AFP)