VIDEO. Six jeunes de Lunel morts en Syrie

À Lunel, une quinzaine de jeunes sont partis faire le jihad en Syrie. Parmi eux, Raphaël Amar. L'incompréhension règne dans celle ville de 26 000 habitants.

France 2

Fin janvier, une filière de jihadistes a été démantelée à Lunel, près de Montpellier. En un peu plus d'un an, une quinzaine de personnes de cette commune résidentielle ont rejoint la Syrie. Six y ont perdu la vie.
Parmi elles, Raphaël Amar, dont le père est de confession juive et la mère catholique. Il suivait des études en informatique et était passionné de musique. "La dernière fois que je l'ai vu, c'était au printemps 2013. Il était souriant, il était jovial, il était ouvert", témoigne Philippe Moissonnier, conseiller municipal, face à la caméra de France 2.

Personne n'a rien vu venir

À cette époque, le jeune homme est déjà converti à l'islam, la religion de certains de ses amis. Le 22 juillet 2014, Raphaël part en Syrie. Il y rejoint le groupe État Islamique. Chaque jour, il téléphone à ses parents : "Il nous dit qu'il fait de l'aide auprès des populations. Comme il est informaticien, on l'établit dans une espèce de baraquement dans lequel il est censé apporter des solutions informatiques", explique son père, Laurent Amar.
Mais trois mois plus tard, le jeune homme est retrouvé mort, les armes à la main.
Pour les gens de la commune, c'est l'incompréhension. Pourquoi autant de jeunes de Lunel sont-ils partis faire le jihad ? "On ne comprend pas, parce que justement, on n'a pas vu de signes précurseurs", assure le porte-parole de la mosquée de la ville, Jamel Benabdelkader.

Le JT
Les autres sujets du JT
Opération anti-jihadiste à Lunel (Hérault) menée par le Raid le 27 janvier 2015.
Opération anti-jihadiste à Lunel (Hérault) menée par le Raid le 27 janvier 2015. (CAROLINE ROSSIGNOL / AFP)