Terrorisme : un attentat déjoué de justesse

Quatre bonbonnes de gaz reliées à un détonateur et arrosées d'essence ont été découvertes au pied d'un immeuble du 16e arrondissement, le weekend dernier.

Cette vidéo n'est plus disponible

Deux bonbonnes de gaz posées par terre. Au moment où une riveraine prend cette photo au petit matin, elle ne sait pas qu'il s'agit d'une partie de la bombe qui vient d'être retrouvée. Samedi 30 septembre, le réveil a été brutal pour les habitants de cet immeuble cossu du 16e arrondissement. Quatre bonbonnes de gaz au total ont été découvertes dans ce hall d'entrée vers 4 heures du matin. C'est cet habitant du rez-de-chaussée qui a donné l'alerte et gardé son sang froid : "La seule chose que je peux vous dire c'est que j'ai coupé les bonbonnes de gaz, je les ai sorties dehors. En même temps, j'avais la police et les pompiers au téléphone, c'est eux qui m'ont aidé, il faut les remercier aussi", témoigne l'homme à visage caché.

Un homme fiché S arrêté

L'engin neutralisé par les enquêteurs était perfectionné : quatre bonbonnes de gaz aspergées d'essence et reliées par un téléphone comme dispositif de mise à feu. Un autre téléphone devait déclencher l'explosion, l'un des deux n'a pas fonctionné. L'analyse des empreintes a vite parlé : une empreinte relevée sur une bonbonne conduit à un homme fiché S, connu pour sa fréquentation du milieu djihadiste. Lui, et quatre personnes de son entourage ont été interpellés dans plusieurs villes de l'Essonne. Son domicile a été perquisitionné à Brétigny-sur-Orge.

Le JT
Les autres sujets du JT
Quatre bonbonnes de gaz ont été découvertes dans le hall et à l\'extérieur d\'un immeuble du 16e arrondissement de Paris, dans la nuit du 29 au 30 septembre 2017.
Quatre bonbonnes de gaz ont été découvertes dans le hall et à l'extérieur d'un immeuble du 16e arrondissement de Paris, dans la nuit du 29 au 30 septembre 2017. (GOOGLE STREET VIEW)