"II y a encore une petite peur" : le marché de Noël de Strasbourg a rouvert mais les gens "sont moins souriants que d'habitude"

Trois jours après l'attentat, le marché de Noël a rouvert vendredi dans une ambiance particulière pour les clients et les commerçants. 

Après l\'attentat du 11 décembre, des militaires assurent la sécurité sur le marché de Noël, place Broglie, à Strasbourg.
Après l'attentat du 11 décembre, des militaires assurent la sécurité sur le marché de Noël, place Broglie, à Strasbourg. (BENJAMIN ILLY / FRANCE-INFO)

"C'est reparti !" Trois jours après l'attentat, la vie est revenue dans les allées du marché de Noël de Strasbourg : les commerces ont rouvert, la musique retentit à nouveau et l'odeur de vin chaud est bien présente. Dans les allées, des policiers lourdement armés patrouillent, d'autres sont à l'entrée du marché. 

Le marché de Noël de Strasbourg a rouvert, par Benjamin Illy
--'--
--'--

"On n'a pas hésité à maintenir notre voyage"

Une touriste boit une tasse de vin chaud : "Ça fait du bien au corps et à l'âme. Nous on n'est pas d'ici, on vient de Saint-Brieuc en Bretagne mais on n'a pas hésité à maintenir notre voyage par solidarité", dit-elle tout en reconnaissant que "dans le cœur, ça saigne un peu". 

Dans les allées, le père Noël se balade comme avant mais reconnaît que c'est plus difficile qu'avant : "C'est vrai que quand on voit les gens, ils ne sont pas souriants comme d'habitude. Ils passent dans les allées mais il y a encore une petite peur", dit-il. 

Un père Noël sur le marché de Noël, place Broglie, dans le centre historique de Strasbourg.
Un père Noël sur le marché de Noël, place Broglie, dans le centre historique de Strasbourg. (BENJAMIN ILLY / FRANCE-INFO)

Une commerçante avec un brassard en hommage aux victimes 

Plus loin dans une petite cabane, Laurence, une commerçante qui vend des Bredele se dit "soulagée" par la mort du terroriste. "D'ici quelques jours, c'est Noël, il sera triste pour tout le monde cette année mais j'espère qu'il sera quand même fêté."

Après l\'attentat du 11 décembre, Laurence, vendeuse de Bredele sur le marché de Broglie, brassard en hommage aux victimes.
Après l'attentat du 11 décembre, Laurence, vendeuse de Bredele sur le marché de Broglie, brassard en hommage aux victimes. (BENJAMIN ILLY / FRANCE-INFO)

Laurence tient à rendre hommage aux trois victimes et aux blessés devant sa boutique. "C'est pour cela que je porte un brassard." Elle reconnaît qu'après deux jours de fermeture, "les pertes économiques sont énormes, maintenant il faut voir au-delà de ça. La ville a été endeuillée, ça passe au-dessus du commerce."