Attentat de Strasbourg : le procès débute aujourd'hui

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Le procès de l'attentat s'ouvre jeudi 29 février. Cinq personnes avaient perdu la vie le 11 décembre 2018 à Strasbourg (Bas-Rhin) par un homme radicalisé, qui avait été abattu après deux longues journées de traque.
Attentat de Strasbourg : le procès débute aujourd'hui Le procès de l'attentat s'ouvre jeudi 29 février. Cinq personnes avaient perdu la vie le 11 décembre 2018 à Strasbourg (Bas-Rhin) par un homme radicalisé, qui avait été abattu après deux longues journées de traque. (France 2)
Article rédigé par France 2 - L. Campisi, N. Perez, G. Fraize, France 3 Strasbourg, V. Labenne
France Télévisions
France 2
Le procès de l'attentat s'ouvre jeudi 29 février. Cinq personnes avaient perdu la vie le 11 décembre 2018 à Strasbourg (Bas-Rhin) par un homme radicalisé, qui avait été abattu après deux longues journées de traque.

Le 11 décembre 2018, Audrey Wagner se promène en famille aux abords du marché de Noël de Strasbourg (Bas-Rhin). Prise dans l'attaque terroriste, elle se réfugie plusieurs heures dans une boulangerie. Aujourd'hui, elle veut témoigner au procès qui s'ouvre pour se reconstruire. "Je ne vais plus dans un endroit public sans savoir d'où je peux me sauver. Je regarde les issues de secours, où l'on peut se cacher. Cela devient instinctif", confie Audrey Wagner, victime de l'attentat.

Cinq complices présumés

Ce soir du 11 décembre 2018, Chérif Chekatt, fiché S, tue cinq personnes et en blesse grièvement 16, tout en étant armé d'un couteau et d'un revolver. Il s'enfuit en taxi et son conducteur est encore traumatisé par l'événement. "À ce moment-là, il m'ordonne de descendre, on arrive au niveau du coffre et il me pointe l'arme sur le ventre et il me dit : 'Tu fais le malin, je t'allume'", indique Mostafa Salhane, chauffeur de taxi, otage du terroriste. Chérif Chekatt sera abattu par la police après une traque de 48 heures. Cinq complices présumés doivent être jugés dans le procès qui s'ouvre jeudi 29 février.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.