Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Lutte contre le cyber-islamisme : Cédric O "ne sait pas exactement" ce qu'est "l'unité de contre-discours républicain" proposée par Marlène Schiappa

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

"S'il s'agit de faire de la contre-propagande" sur les réseaux sociaux, "je ne suis pas certain que ce soit la bonne proposition", a avancé le secrétaire d'État chargé de la transition numérique et des communications électroniques.

Interrogé sur franceinfo dimanche25 octobre sur la proposition de Marlène Schiappa de créer "une unité de contre discours républicain" sur les réseaux sociaux, Cédric O le secrétaire d'État chargé de la transition numérique et des communications électroniques a reconnu qu'il ne "savait pas exactement" de quoi il s'agissait. Cette proposition de la ministre déléguée à la Citoyenneté a été faite dans l'Obs après l'assassinat de Samuel Paty et alors que le rôle des réseaux sociaux est questionné dans ce drame.

"On est tous d'accord pour dire qu'on doit mieux comprendre la haine en ligne", a détaillé Cédric O rappelant "qu'en la matière le plus important c'est l"efficacité". Dans son interview, Marlène Schiappa, a expliqué que le gouvernement entend porter "un discours de contre-propagande".

"La contre-propagande ça n'a jamais marché"

Sans lui répondre directement, Cédric O souligne "que ce que l'on peut constater en lisant la littérature sociologique, comme les travaux de Gérald Bronner qui a beaucoup travaillé sur les questions de la radicalisation et de dérives des propos en ligne c'est que la contre-propagande ca ne marche pas. Ca n'a jamais marché".

"S'il s'agit de faire de la contre-propagande je ne suis pas certain que ce soit la bonne proposition", a donc réagi Cédric O. "S'il s'agit d'adapter un discours institutionnel à des plateformes qui le sont moins, là je pense que ca peut être intéressant. Tout dépend de quoi il s'agit, de quelle est sa fonction", a conclu Cécric O.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.