Essonne : un homme interpellé après avoir menacé des professeurs à Athis-Mons

"Ces saletés de profs vont payer", a-t-il lancé en invoquant le prophète, selon des témoignages.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Athis-Mons (Essonne). (GOOGLE MAPS)

Un homme a été interpellé à Athis-Mons, dans l'Essonne, mercredi 4 novembre et placé en garde à vue pour "apologie du terrorisme" et "menace de crime ou délit", a appris franceinfo auprès du parquet d'Evry. D'après des sources concordantes, il est soupçonné d'avoir menacé lundi des professeurs d'une école d'Athis-Mons.

Selon plusieurs sources, l'homme est passé devant l'école d'Athis-Mons vers 7h30 et a déclaré à la cantonnade : "Sur Allah le prophète, je vais te venger, ces saletés de profs vont payer", d'après le témoignage d'une professeure. Une plainte a été déposée mardi. La police a finalement interpellé le suspect mercredi vers 7h30 alors qu'il faisait son jogging. Le suspect est âgé de 39 ans et était, jusqu'ici, inconnu de la justice, précise le parquet.

Des incidents qui se multiplient

Cet épisode survient trois semaines après l'attentat qui a tué Samuel Paty, un professeur de Conflans-Sainte-Honorine. Il y a une semaine, un lycéen de 16 ans a été mis en examen pour apologie du terrorisme et provocation à commettre un acte terroriste après avoir appelé à faire "subir le même sort que M. Paty" aux "mécréants", avait annoncé le parquet de Vesoul.

Lundi, une minute de silence a été observée en son hommage dans les établissements scolaires qui faisaient leur rentrée après les vacances de la Toussaint. Le lendemain, un lycéen de Bourges était placé en garde à vue, soupçonné d'avoir fait circuler des images de décapitation auprès de ses camarades, via les réseaux sociaux, pendant les vacances de la Toussaint. Il a été renvoyé devant un juge d'instruction pour apologie du terrorisme. Une autre enquête pour apologie du terrorisme vise deux collégiens de 12 ans, a indiqué mardi le parquet de Strasbourg. Lors des échanges entourant la minute de silence, les deux adolescents auraient tenu des propos laissant entendre qu'ils justifiaient l'assassinat du professeur, a confirmé le parquet.

Une "hyper violence extrêmement préoccupante"

Depuis l'assassinat de Samuel Paty, 66 enquêtes pour apologie du terrorisme ont été ouvertes à la suite de signalements à la plateforme Pharos, chargée de détecter les contenus en ligne illicites, a indiqué lundi Gérald Darmanin. "Les interpellations que nous faisons sont souvent le fait de jeunes personnes, qui ont entre 12 et 16 ans, qui utilisent des mots extrêmement crus", avec une "habitude face à l'hyper violence, notamment inspirée par l'Etat islamique, extrêmement préoccupante", a ajouté le ministre devant la commission des lois de l'Assemblée nationale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.