Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le responsable de la mosquée de Pantin dépose un recours contre sa fermeture

M'Hammed Henniche, le dirigeant de la mosquée, a déposé ce recours auprès du tribunal administratif de Montreuil.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Grande Mosquée de Pantin (Île-de-France) le 20 octobre 2020. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Un recours en référé a été déposé dans la soirée du mercredi 21 octobre, par le responsable de la mosquée de Pantin (Seine-Saint-Denis), pour s'opposer à la fermeture de ce lieu de culte ordonnée par le ministère de l'Intérieur, a appris franceinfo de source proche du dossier ce mercredi soir, confirmant une information du Parisien.

Gérald Darmanin a réclamé lundi 19 octobre la fermeture de la mosquée de Pantin, dans le cadre de la lutte contre la mouvance islamiste et après que le responsable de la mosquée "a relayé le message qui consistait à dire que ce professeur [Samuel Paty] devait être intimidé, en relayant d'ailleurs l'adresse du collège". M'Hammed Henniche, le dirigeant de la mosquée, a décidé d'effectuer une requête en référé-liberté contre l'arrêté de la préfecture de Seine-Saint-Denis portant fermeture de la mosquée. Il l'a déposée, par le biais de ses avocats, dans la soirée de mercredi, auprès du tribunal administratif de Montreuil.

"Une atteinte grave aux droits et libertés fondamentales"

Dans cette requête que franceinfo a pu se procurer, "il est parfaitement établi que monsieur M'hammed Henniche est un représentant important de l’islam de France, laïc et favorable au dialogue entre les cultes bien loin de l’image qu’on veut lui coller dans l’arrêté préfectoral", précisent ses avocats, Me William Bourdon et Me Vincent Brengarth.


Les avocats considèrent que l'arrêté préfectoral qui ordonne la fermeture de ce lieu de culte "constitue une atteinte grave aux droits et libertés fondamentales objet de ce recours en référé-liberté". Selon eux le dirigeant de la mosquée est dans "l’incompréhension la plus totale".

Il regrette chaque jour cette erreur qui n’est absolument pas le reflet de ses engagements de toujours

Les avocats du recteur de la mosquée de Pantin


M'hammed Henniche "affirme, clairement et fermement," que le partage de cette vidéo du père de famille qui dénonçait le professeur d'histoire-géographie était "une erreur qu’il regrette âprement". Il pensait simplement partager l'inquiétude de familles musulmanes. Il a "immédiatement retiré la vidéo du parent d’élève", après l'assassinat de l'enseignant, précisent-ils.

Par cette requête, la grande mosquée de Pantin demande au juge des référés de suspendre l'arrêté de la préfecture de Seine-Saint-Denis.




Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.