Amiens : un détenu qui estimait que la mort de Samuel Paty était "méritée" a été condamné à huit mois de prison ferme

L'apologie du terrorisme est passible de cinq ans de prison et de 75 000 euros d'amende.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Amiens, dans la Somme. (GOOGLE MAPS)

Un détenu de la maison d'arrêt d'Amiens (Somme) a été condamné à huit mois de prison ferme pour apologie du terrorisme par le tribunal judiciaire d'Amiens, rapporte vendredi 23 octobre France Bleu Picardie. L'homme de 43 ans avait estimé que Samuel Paty - assassiné vendredi dernier à Conflans - avait "mérité" ce qui lui est arrivé.

Les faits se sont produits lundi dernier : alors que le détenu participait à une formation sur le tri sélectif au sein de la prison, l'assassinat de Samuel Paty a été évoqué. Le détenu a alors cautionné l'attaque du terroriste en déclarant : "C'est bien fait pour lui. On ne touche pas à ma religion. On ne touche pas à mon prophète. Il a eu ce qu'il méritait."

Des regrets à l'audience

Des mots qui ont choqué la formatrice présente dans la salle de cours de la prison et que le détenu lui-même semblait ne plus assumer lors de l'audience. Ce dernier a affirmé avoir mal compris et avoir pensé que Samuel Paty avait demandé à ses élèves de dessiner des caricatures de Mahomet. Une justification qui n'est pas passée auprès du président du tribunal qui lui a demandé : "Et alors ? Qu'est-ce que ça change ? Pour vous c'est normal qu'un être humain soit décapité ?" Le détenu a alors affirmé que ses mots avaient dépassé sa pensée : "Je déteste les terroristes et les tueries sont interdite dans la religion musulmane. Je suis désolé."

Actuellement condamné à une peine de six mois ferme pour harcèlement, le détenu est décrit par ses co-détenus comme "plus bête que méchant", selon les mots du président. La procureur a requis huit mois de prison. Une peine à laquelle le quadragénaire a finalement été condamné. Les avocats du prévenu ont annoncé leur intention de faire appel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.