Cet article date de plus de trois ans.

Tentative d’attentat près de Notre-Dame : une cinquième suspecte mise en examen

La justice antiterroriste a mis en examen vendredi soir une cinquième suspecte dans l’affaire de la tentative d’attentat à la bonbonne de gaz, près de Notre-Dame de Paris en septembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des militaires en patrouille devant le parvis de la cathédrale Notre-Dame, à Paris, le 14 septembre 2016.
 (MAXPPP)

Samia, une Franco-algérienne de 23 ans, a été déférée vendredi 16 décembre devant le parquet antiterroriste avant d'être mise en examen dans la soirée dans l’enquête sur la tentative d’attentat dans le centre de Paris, en septembre dernier, a appris franceinfo. Une Peugeot 607 remplie de bonbonnes de gaz avait alors été découverte dans le quartier Saint-Michel, près de Notre-Dame, dans la nuit du 3 au 4 septembre.

Une attirance certaine pour Daech 

La jeune femme avait été interpellée le 13 décembre à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines. Jusqu'ici inconnue des services de renseignement, des documents retrouvés dans son ordinateur et son téléphone portable attestent d'une attirance certaine pour Daech. La jeune femme a aussi été en contact via la messagerie Telegram avec Rachid Kassim, important recruteur et propagandiste français de l'organisation terroriste.

Les enquêteurs la soupçonnent d’avoir été en contact téléphonique assidu avec l’une des principales suspectes du dossier, Inès M., fichée S, présentée comme le probable cerveau de ce projet d’attentat. Inès M. a été mise en examen pour association de malfaiteur terroriste criminelle et tentative d’assassinat en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.