Cet article date de plus de quatre ans.

Une voiture avec des bonbonnes de gaz à l'intérieur découverte à Paris, deux personnes en garde à vue

Une voiture suspecte a été découverte dans la nuit de samedi à dimanche à Paris, selon les informations recueillies par franceinfo confirmant une information du Figaro.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Notre Dame de Paris sous surveillance en juillet 2016 (ALAIN JOCARD / AFP)

Une voiture suspecte a été découverte dans la nuit de samedi à dimanche à Paris, selon les informations recueillies par franceinfo confirmant une information du Figaro. Elle était stationnée près de la cathédrale Notre-Dame et de la préfecture de police de Paris. Le véhicule était rempli de bonbonnes de gaz, au moins cinq étaient pleines. Il n'y avait pas de système de mise à feu.

Un matériel en partie visible

La Peugeot 607 a été repérée par des policiers parce qu'elle était mal garée. Les warning étaient allumés. Il n'y avait personne à bord, et pas de plaque d'immatriculation apparente. Une des bonbonnes de gaz a même été aperçue par les policiers depuis l'extérieur de la voiture.

C'est le service de déminage qui a ensuite découvert l'ensemble des bonbonnes à bord du véhicule. La section antiterroriste de la brigade criminelle et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) se sont immédiatement saisies de l'affaire. Des expertises ont été effectuées à bord du véhicule.

Un couple en garde à vue

Mardi, un couple a été interpellé près d'Orange, dans le Vaucluse, sur une aire d'autoroute.  Au moment de son interpellation, le couple était accompagné de ses trois enfants. Il est connu des services de police et de renseignement. Ces deux personnes, qui seraient originaires du Loiret, étaient toujours en garde à vue ce mercredi après-midi. 

Les services saisis poursuivent leurs investigations afin de savoir pourquoi le véhicule, s'il devait servir à un attentat, a été retrouvé sans personne à bord et sans système de mise à feu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.