Sid Ahmed Ghlam était-il surveillé ?

Le terroriste présumé était surveillé par les services de renseignement depuis un an, après plusieurs séjours en Turquie.

FRANCE 2

Sid Ahmed Ghlam, jeune étudiant en informatique, est aujourd'hui dans le viseur de la justice. La police le soupçonne d'avoir planifié un attentat contre des églises et d'être lié au meurtre d'Aurélie Châtelain.

Le jeune homme était déjà surveillé par les services de renseignement depuis un an. Au printemps 2014, après un voyage en Turquie, l'étudiant se retrouve soupçonné d'avoir voulu rejoindre la Syrie. Il est alors placé en garde à vue pendant quatre jours. Finalement, l'enquête ne révèle rien qui justifierait son interpellation.

Une fiche de surveillance

Le jeune homme retourne en Turquie en février 2015. Pendant plusieurs semaines, la police fouille son environnement : e-mails, appels, fréquentations... Encore une fois, elle ne trouve rien. Les services de renseignement ont également créé une fiche de surveillance, dite S 13, à son nom. Cette dernière était destinée à contrôler ses départs à l'étranger.

Pour le ministre de l'Intérieur, toutes les vérifications ont été faites : "A partir du moment où ces vérifications ne révèlent pas de connexions avec des milieux terroristes, nous sommes dans un État de droit, et dans un État de droit, nous luttons contre le terrorisme, en respectant les principes de droit", a souligné Bernard Cazeneuve.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le suspect interpellé dimanche 19 avril à Paris aurait prévu de commettre un attentat contre l\'église Saint-Cyr-Sainte-Juliette, à Villejuif (Val-de-Marne), photographiée mercredi 22 avril 2015.  
Le suspect interpellé dimanche 19 avril à Paris aurait prévu de commettre un attentat contre l'église Saint-Cyr-Sainte-Juliette, à Villejuif (Val-de-Marne), photographiée mercredi 22 avril 2015.   (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)