Attentat déjoué à Paris : les avancées de l'enquête

Une attentat a été déjoué dans le 16e arrondissement de Paris : quatre bonbonnes de gaz reliées à un détonateur et arrosées d'essence ont été découvertes au pied d'un immeuble. Quelles sont les avancées de l'enquête quant au profil des cinq suspects ? En direct du siège de la police judicaire de Paris, Frédéric Crotta fait le point pour France 2.

Cette vidéo n'est plus disponible

Quatre bonbonnes de gaz reliées à un détonateur et arrosées d'essence ont été découvertes au pied d'un immeuble du 16e arrondissement de Paris, dans la nuit de vendredi 29 à samedi 30 septembre. L'analyse des empreintes a vite parlé : une empreinte relevée sur une bonbonne conduit à un homme fiché S, connu pour sa fréquentation du milieu djihadiste. Lui, et quatre personnes de son entourage ont été interpellés dans plusieurs villes de l'Essonne. 

Contacts avec la Syrie

En direct du siège de la police judiciaire de Paris, Frédéric Crotta fait le point sur les avancées de l'enquête : "Les cinq suspects interpellés sont tous âgés d'une trentaine d'années, et celui qui retient l'attention, c'est bien évidemment le fiché S, fiché pour radicalisation". Il ferait partie de la mouvance islamiste radicale, aurait établi des contacts avec la Syrie et consulté des sites jihadistes. "Alors comme c'est toujours le cas en matière d'antiterrorisme, les policiers ont quatre jours pour interroger les suspects", précise le journaliste. "Mais aussi pour faire parler les ordinateurs et téléphones portables saisis pendant la perquisition. Quatre jours pour en savoir un peu plus sur ce groupe, et sur cette opération avortée."

Le JT
Les autres sujets du JT
La quasi totalité des policiers nationaux de Narbonne (Aude) sont en arrêt maladie, mardi 26 septembre. Ici, lors d\'une manifestation à Toulouse en 2012.
La quasi totalité des policiers nationaux de Narbonne (Aude) sont en arrêt maladie, mardi 26 septembre. Ici, lors d'une manifestation à Toulouse en 2012. (MAXPPP)