Attentat à Nice : "Ce n'est pas un mode opératoire nouveau"

Le mode opératoire utilisé lors de l'attentat de Nice (Alpes-Maritimes) est bien connu de la propagande jihadiste, comme l'explique Mathieu Guidère, spécialiste des mouvements islamistes radicaux.

France 2

Sur le plateau de France 2, Mathieu Guidère, spécialiste des mouvements islamistes, est revenu sur le mode opératoire utilisé. "Ce n'est pas un mode opératoire nouveau [...]. La première fois qu'il a été présenté dans la propagande, c'était en 2010 [...], c'est le terrorisme artisanal qui signe à la fois un affaiblissement de l'organisation, son incapacité à faire des attentats d'envergure avec des explosifs ou des armes, mais en même temps qui banalise et ouvre le terrorisme a n'importe qui", explique-t-il.

La France cible privilégiée des attentats

Pour le spécialiste, l'absence de revendications immédiates par l'État islamique indique que l'auteur de l'attaque n'a pas de lien direct avec l'organisation même s'il faut reconnaître "une très forte inspiration". La France reste une cible en raison de ses interventions militaires dans le monde arabe et parce que les jihadistes estiment que la France est islamophobe.

Le JT
Les autres sujets du JT