Arnaud Beltrame : ce que l'on sait de sa tentative pour désarmer le terroriste

De nouveaux éléments montrent ce mercredi 28 mars qu'Arnaud Beltrame a fait preuve de courage jusqu'au bout le 23 mars dernier lors de la prise d'otages du supermarché de Trèbes (Aude).

France 3

Sur la base de la bande-son du téléphone laissé ouvert d'Arnaud Beltrame, les enquêteurs ont pu en savoir plus sur les conditions de la mort du colonel le 23 mars dernier dans le Super U de Trèbes (Aude). "Le gendarme serait rentré les mains en l'air dans le supermarché. Le terroriste aurait alors récupéré son arme. Il s'en serait suivi trois heures de face à face", explique Benjamin Delombre, envoyé spécial à Trèbes.

Le militaire blessé mortellement à la gorge par une arme blanche

À un moment donné, sans que l'on sache ni comment ni pourquoi, le colonel Beltrame aurait tenté dans un corps à corps de désarmer Radouane Lakdim. "Celui-ci a répliqué à l'aide coups de feu puis a blessé mortellement à la gorge le militaire avec une arme blanche. C'est l'hypothèse privilégiée par les enquêteurs ce soir, mais elle reste évidemment à confirmer par de nombreuses expertises", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le gendarme Arnaud Beltrame à la caserne de Carcassonne (Aude), en 2018. Cette photo a été rendue publique par la gendarmerie nationale après sa mort, samedi 24 mars 2018.
Le gendarme Arnaud Beltrame à la caserne de Carcassonne (Aude), en 2018. Cette photo a été rendue publique par la gendarmerie nationale après sa mort, samedi 24 mars 2018. (GENDARMERIE NATIONALE)