Disparition du secrétariat général à l'aide aux victimes : "On le vit comme un retour en arrière"

Les associations de victimes de terrorisme déplorent la disparition du secrétariat général à l'aide aux victimes et jugent insuffisante la nomination d'un délégué interministériel rattaché à la Chancellerie.

Le secrétariat général de l\'aide aux victimes avait été créé après les attentats du 13 novembre 2015. Ci-contre, des bougies et des fleurs devant le Bataclan, à Paris, deux jours après les attaques.
Le secrétariat général de l'aide aux victimes avait été créé après les attentats du 13 novembre 2015. Ci-contre, des bougies et des fleurs devant le Bataclan, à Paris, deux jours après les attaques. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Colère et déception. Ce sont les deux émotions qui dominent chez les membres des associations de victimes de terrorisme. Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, il n'y a plus de secrétariat général à l'aide aux victimes. Cette structure avait été créée après les attentats du 13 novembre pour permettre notamment une meilleure coordination de la prise en charge des victimes d'actes de terrorisme. Pour pallier cette absence, la nouvelle garde des Sceaux, Nicole Belloubet, doit annoncer à la mi-juillet la nomination d'un délégué interministériel, rattaché à la Chancellerie.

Moins d'influence et moins de moyens

La crainte des associations, c'est le manque de poids politique de ce futur délégué interministériel qui ne sera pas rattaché à Matignon. Stéphane Gicquel, délégué général de la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac), pointe aussi le manque de moyens. "S'occuper des victimes de terrorisme et des victimes de catastrophes dépasse le cadre judiciaire. Il y a des problématiques en termes de santé publique, de fiscalité, d'emploi", souligne-t-il. "Il faut réfléchir à un rattachement au Premier ministre, avec une équipe venant des différents ministères", poursuit-il.  

Un sentiment de gâchis

Les associations soulignent que, sous l'impulsion du secrétariat d'État, les différentes administrations avaient appris à travailler ensemble. Elles avaient par exemple été plus réactives après l'attentat de Nice, le 14 juillet 2016. Aucun argument ne leur a été donné pour justifier la suppression du secrétariat général à l'aide aux victimes. 

On ne comprend absolument pas pourquoi on démantèle ce qui commençait à fonctionner.Georges Salines, président de l'association "13 novembre : fraternité et vérité"à franceinfo

"On le vit comme un retour en arrière qui aura des conséquences sur l'aide aux victimes dans la durée", explique encore Georges Salines, dont la fille a été tuée au Bataclan. "Trahison est peut-être un mot un peu fort mais il y a un sentiment de volonté de tourner la page, et finalement, nous, on fait partie de la page qui est en train d'être tournée."

Le reportage de Delphine Gotchaux
--'--
--'--