Attentats de Paris : le portrait du 3e jihadiste du Bataclan

Le sixième terroriste identifié est encore un jeune français radicalisé. Foued Mohamed-Aggad, originaire de Strasbourg, était parti faire le jihad en Syrie en 2013. C'est l'annonce de sa mort depuis la Syrie qui a permis de mettre un nom sur le troisième kamikaze du Bataclan.

France 3

Le troisième kamikaze du Bataclan a été identifié comme étant Foued Mohamed-Aggad. Il avait 23 ans. Le 13 novembre, il rentre dans la salle de spectacles parisienne avec Omar Ismaïl Mostefaï et Samy Amimour. 90 personnes sont abattues par le commando terroriste. Foued Mohamed-Aggad a été formellement identifié par sa mère, qui vit à Wissembourg (Bas-Rhin). À la fin du mois de novembre, elle reçoit un SMS envoyé depuis la Syrie par la femme de son fils : "Ton fils est mort en martyr le 13 novembre avec ses frères". C'était la première fois qu'on la contactait depuis le mois d'août.

Sa famille le pensait encore en Syrie

À Wissembourg, c'est l'incrédulité : "C'était une crème", confie un homme au micro de France 3. Foued Mohamed-Aggad faisait partie d'un groupe de jeunes radicalisés, issus pour la plupart du quartier de la Meinau à Strasbourg (Bas-Rhin). En décembre 2013, ils sont dix à quitter l'Alsace pour la Turquie puis la Syrie. Début 2014, sept autres rentrent en France où ils sont arrêtés. Aucune nouvelle de Foued Mohamed-Aggad . Son père s'est dit surpris et avoue que s'il avait su, il "l'aurait tué avant".

Le JT
Les autres sujets du JT