Attentats de janvier 2015 : un procès hors normes

C'est un procès historique qui s'ouvrira mercredi 2 septembre. Celui des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper casher survenus en janvier 2015. Un évènement hors normes, pour le contenu du dossier bien sûr, mais aussi pour la forme : environ 200 personnes se sont constituées parties civiles.

France 3

Ce sera le premier procès des attentats de 2015. Un symbole mais aussi un casse-tête. Comment accueillir 200 parties civiles, 97 avocats, des dizaines de journalistes, sans compter le public ? "La première question qui s'est posée a été de savoir si on maintenait le procès, comme la plupart des autres procès criminels, dans les salles de l'ancien Palais de justice. La réponse a été très vite trouvée. Les anciennes salles du Palais de justice sont totalement inadaptées : acoustique déplorable, locaux trop étroits pour accueillir des parties civiles", explique Jean-François Ricard, procureur national antiterroriste.

La logistique bouleversée par les impératifs sanitaires

Le procès se tiendra donc au Tribunal judiciaire. Avec les impératifs sanitaires, toute la logistique a dû être revue. Une grande partie du deuxième étage est dédiée au procès avec quatre salles d'audience. Les débats y seront projetés en temps réel, ainsi que dans l'auditorium, réquisitionné pour l'occasion. Contrairement à l'usage, la Cour entendra les parties civiles les trois premières semaines. Ce n'est qu'ensuite que seront abordés l'enquête et l'interrogatoire des accusés.

Quatorze suspects comparaîtront en septembre au nouveau palais de justice de Paris dans le procès des attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et de l\'Hyper Casher en 2015.
Quatorze suspects comparaîtront en septembre au nouveau palais de justice de Paris dans le procès des attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et de l'Hyper Casher en 2015. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)