Procès des attentats du 13-Novembre : les provocations de Salah Abdeslam

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Procès des attentats du 13-Novembre : les provocations de Salah Abdeslam
FRANCE 2
Article rédigé par
N. Ramaherison, B. Delombre, J. Debraux, N. Perez, E. Pelletier, L. Feuerstein, G. Michel, L. Krikorian, M. Kassou - France 2
France Télévisions

Au lendemain du premier jour du procès des attentats du 13-Novembre, France 2 revient sur les provocations du seul rescapé du commando, Salah Abdeslam.

Salah Abdeslam est sorti de son silence mercredi 8 septembre, à l'occasion de l'ouverture du procès des attentats du 13-Novembre, qui doit durer plusieurs mois. À la fin de l'audience, les parties civiles sont sorties pour le moins abasourdies. En cause ? L'attitude de l'unique rescapé du commando terroriste du 13-Novembre.

"Après la mort, on sera ressuscité"

Salah Abdeslam s'est dans un premier temps présenté comme un combattant de l'État islamique, avant de prendre à partie le président de la cour d'assises. "Ça fait plus de six ans qu'on me traite comme un chien [...]. Après la mort, on sera ressuscité. Vous allez rendre des comptes." Ce à quoi le président a rétorqué : "Vous n'êtes pas devant un tribunal ecclésiastique, c'est un tribunal laïc." Jeudi, pour le deuxième jour du procès, l'attitude de Salah Abdeslam sera de nouveau particulièrement scrutée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.