Procès des attentats de Bruxelles : "Ça a perturbé ma vie à un point de non-retour", témoigne une victime

Mercredi 30 novembre, plus de six ans et demi après les explosions, le procès de ces attentats, retardé de plusieurs semaines, s'ouvre à Bruxelles, avec le tirage au sort des jurés.
Article rédigé par
Angélique Bouin - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les secours arrivent aux abords de la station de métro Maelbeek, au coeur du quartier européen, après l'explosion, le 22 mars 2016. (HATIM KAGHAT / AFP)

Il est 8 heures ce 22 mars 2016 quand deux explosions soufflent le hall de l'aéroport de Zaventem. Une heure plus tard, à 9h11, un autre kamikaze se fait sauter dans une rame de métro à la station Maelbeek, au coeur du quartier européen. Trente-deux personnes sont tuées dans ces attaques organisées par le même commando que les attaques de Paris .Mercredi 30 novembre, soit plus de six ans et demi plus tard, le procès de ces attentats, retardé de plusieurs semaines, s'ouvre à Bruxelles, avec le tirage au sort des jurés. Sont présents neuf accusés, dont Salah Abdeslam, déjà condamné pour la préparation des attentats du 13-Novembre, et près d'un millier de parties civiles. 

>> Procès des attentats de Bruxelles : "Malgré tout ce qui nous oppose, y a-t-il des points de rencontres ?", un collectif citoyen accompagne les victimes et les familles des accusés

Ce jour-là, Christelle, éducatrice spécialisée, était dans le métro. Elle a été blessée puis soignée dans le hall d'un hôtel voisin transformé en hôpital de campagne. C'est dans cet hôtel qu'elle donne rendez-vous à franceinfo pour raconter ce qu'elle attend de ce procès. "Je suis arrivée ici, sur ce canapé d'ailleurs", raconte-t-elle avec émotion. "Ils ont mis des draps aux fenêtres pour ne pas qu'on voit tout ce qu'il se passait à l'extérieur", poursuit-elle, se remémorant "l'émotion, les pleurs, les cris". 

Un besoin de reconnaissance

À 37 ans, Christelle garde des séquelles auditives de l'explosion. Elle a suivi avec beaucoup d'attention le procès des attentats du 13-Novembre qui s'est tenu à Paris, et dont plusieurs inculpés ont déjà été condamnés. "Il y a des inculpés qui sont les mêmes dans les deux dossiers, donc l'histoire se comprend aussi par le procès français", avance-t-elle. 

"Le courage de toutes ces personnes qui sont allées parler à la barre, ça m'a donné envie de le faire aussi."

Christelle, victime des attentats de Bruxelles

à franceinfo

Elle témoignera donc à ce procès et en attend beaucoup. "Ça a perturbé ma vie à un point de non-retour en fait, glisse-t-elle. Et moi, j'apprends à vivre avec aussi tous les jours depuis six ans. Je pense que c'est vraiment un chemin de reconstruction, ça fait partie de mon besoin. Un besoin de reconnaissance aussi", poursuit Christelle, encore très marquée, alors que le parcours d'indemnisation en Belgique a été pour beaucoup de victimes une seconde épreuve. 

"C'est un chemin de reconstruction", témoigne Christelle, victime des attentats de Bruxelles en 2016
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Procès des attentats du 13 novembre 2015

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.