Attentats du 13-Novembre : Sonia, le témoin-clé qui a permis de retrouver le terroriste Abdelhamid Abaaoud

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Attentats du 13-Novembre : Sonia, le témoin-clé qui a permis de retrouver le terroriste Abdelhamid Abaaoud
france 2
Article rédigé par
C. Barbaux, E. Pelletier, E. Delevoye, L. Krikorian, P. Crapulet, P. Goldman, C. Krauskopff - France 2
France Télévisions

Le procès des attentats du 13 novembre 2015 s'ouvrira le 8 septembre. Les équipes de France Télévisions ont recueilli la parole d'une jeune femme, Sonia, qui a permis de retrouver le terroriste Abdelhamid Abaaoud. 

Sonia est la témoin-clé qui a permis de stopper les terroristes du 13 novembre 2015. Ce soir-là, la jeune femme regarde le match de football France-Allemagne avec une amie, Hasna Aït Boulahcen, quand soudain, une explosion retentit. Elle sera suivie d'une série d'attaques à Paris. Devant la télévision, Hasna Aït Boulahcen fait une remarque déconcertante. "Elle est morte de rire, elle crie : 'C'est des mécréants, ils vont tous mourir'", se remémore Sonia. Deux jours plus tard, Hasna demande à Sonia de la conduire à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) pour voir un cousin.

Le premier témoin protégé en France

Sur place, un homme surgit du talus. Il porte une ceinture d'explosifs. Il s'agit de l'organisateur des attentats, Abdelhamid Abaaoud. Ce dernier la menace de mort si elle parle. Pourtant, elle décide de tout raconter à la police. "Ils me disent : 'Mais il n'y a pas un détail qui vous a choquée ?', je dis : 'Bah si, il avait des baskets orange (...). Je dis, en rigolant : 'Pas trop discret pour un terroriste.'" Les policiers ont justement repéré ces baskets orange sur des images de vidéosurveillance. Ce détail n'est pas encore rendu public. Grâce aux indications de Sonia, la police judiciaire localise et surveille la planque. Le terroriste est suivi jusqu'à sa mort dans l'assaut à Saint-Denis. Depuis, la vie de Sonia n'est plus la même. La justice a fait d'elle le premier témoin protégé en France. Elle se rendra au procès, qui s'ouvrira le 8 septembre, pour "faire face aux suspects" et leur faire comprendre qu'elle n'a "pas peur". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.