Attentats du 13-Novembre : début d'un procès pour l'Histoire

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Attentats du 13-Novembre : début d'un procès pour l'Histoire
France 3
Article rédigé par
J. Debraux, N. Perez, E. Pelletier, L. Feuerstein, G. Michel, T. Le Hec, M. Birden, O. Pergament - France 3
France Télévisions

Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté, mercredi 8 septembre, au cœur de Paris. Les audiences se tiendront pendant neuf mois, du mardi au vendredi, à partir de 12h30. Un défi pour la sécurité et pour accueillir les quelque 1 800 parties civiles, les avocats, les journalistes. 

Salah Abdeslam et d'autres accusés dans le procès des attentats du 13-Novembre ont été transférés, mercredi 8 septembre, depuis la prison de Fleury-Merogis (Essonne), escortés par le GIGN, jusqu'au Palais de Justice de Paris. Le quartier de l'île de la Cité est bouclé. Un millier de policiers et gendarmes sont mobilisés, dont des groupes d'élite, la brigade fluviale, la brigade cynophile et même un drone. L'audience va durer neuf mois et devrait être le plus long de l'histoire de la justice française. 1 800 personnes se sont portées partie civile. 

Cinq semaines pour entendre les victimes

Charles Innocenti, frère d'une victime du Bataclan, ou encore Philippe Duperron, président de l'association 13onze15 et père d'une victime, étaient présents mercredi matin. Pour eux, ce procès est très important, six ans après les attaques terroristes. "La cour a prévu pas moins de cinq semaines d'audience pour entendre les victimes. (...) Mais Salah Abdeslam ne sera entendu sur sa personnalité qu'en novembre et sur les faits en janvier seulement", précise le journaliste Éric Pelletier, depuis le Palais de Justice de Paris pour le 12/13 de France 3.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.