Cet article date de plus de cinq ans.

Manuel Valls évoque un risque d'attentats à l'arme chimique

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Manuel Valls évoque un risque d'attentats à l'arme chimique
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Le Premier ministre a dévoilé que le risque existait. Une équipe de France 3 revient sur cette déclaration.

Devant l'Assemblée nationale jeudi 19 novembre, le premier ministre a évoqué une guerre nouvelle après les attentats de vendredi à Paris. Face à un ennemi capable de tuer par tous les moyens : armes blanches, fusils d'assaut, bombes humaines, Manuel Valls est revenu également sur un autre risque possible : "Je le dis bien sûr avec toutes les précautions qui s'imposent, mais nous le savons et nous l'avons à l'esprit, il peut y avoir aussi le risque d'armes chimiques ou bactériologiques".

Risque faible ?

Une attaque chimique, comme celle commise par la secte japonaise Aum en 1995 faisant 12 morts dans le métro de Tokyo. Ce jour-là, il s'agit de gaz sarin. Avec le gaz moutarde, il a déjà été utilisé au cours de la Première Guerre mondiale. Ou encore des gaz chlorés comme ceux utilisés l'an dernier par l'armée de Bachar al-Assad en Syrie. Selon les Occidentaux, Daesh aurait des armes chimiques en sa possession, mais le risque d'une attaque en Europe serait toutefois minime.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.