Le jihadiste français Salim Benghalem jugé par contumace

Le procès de Salim Benghalem débute ce mardi 1er décembre par contumace. Ce jeune Français originaire des Hauts-de-Seine fait partie des plus hauts gradés de l'Etat islamique.

France 2

Salim Benghalem sera le grand absent du procès qui s'ouvre cet après-midi. On ignore s'il est toujours en Syrie. Avec six autres prévenus, il est accusé d'avoir organisé une filière d'acheminement de combattants vers la Syrie. Âgé de 35 ans, né en région parisienne, il est considéré comme l'un des terroristes les plus recherchés au monde : en France, où il fait l'objet d'un mandat d'arrêt international depuis mai 2014, mais aussi aux Etats-Unis, où il figure sur la liste des terroristes les plus dangereux.

Radicalisé en prison

Salim Benghalem est considéré comme l'un des bourreaux de Daech. Son itinéraire pénal débute en 2001. Six ans plus tard, il est condamné à onze ans de prison pour tentative de meurtre. Pour son avocat de l'époque, rien ne laissait supposer une telle dérive. L'individu se serait radicalisé lors de son séjour à la prison de Fresnes. Son nom apparaît également dans les dossiers des attentats de janvier dernier. Les faits d'association de malfaiteurs jugés cet après-midi datent de 2013, mais le procès intervient plus de quinze jours après les attentats du 13 novembre.

Le JT
Les autres sujets du JT