La Pologne détient depuis 2016 un jihadiste lié à Abdelhamid Abaaoud et aux attentats du 13-Novembre

L'enquête a permis d'établir que ce Marocain de 27 ans était un informateur d'Abdelhamid Abaaoud, considéré comme le coordinateur des attentats de Paris et de Saint-Denis.

Le jihadiste Abdelhamid Abaaoud, coordinateur des attentats du 13-Novembre, ici sur une photo non datée, était en communication avec un jihadiste arrêté en Pologne, a annoncé le parquet national polonais le 7 mars 2018.
Le jihadiste Abdelhamid Abaaoud, coordinateur des attentats du 13-Novembre, ici sur une photo non datée, était en communication avec un jihadiste arrêté en Pologne, a annoncé le parquet national polonais le 7 mars 2018. (REUTERS)

Il est détenu depuis septembre 2016 en Pologne, mais son rôle dans les attentats de Paris et de Saint-Denis n'était pas connu. Le parquet national polonais a annoncé, mercredi 7 mars, que Mourad T., un Marocain de 27 ans, est directement lié au groupe Etat islamique et aux attentats du 13-Novembre. Il était notamment en communication avec Abdelhamid Abaaoud, considéré comme au centre de l'organisation de ces attaques.

"L'enquête a permis aussi d'établir que le suspect, Mourad T., était un collaborateur d'Abdelhamid Abaaoud, recruteur au sein de l'EI", explique le parquet polonais, sans préciser en quoi consistait sa participation aux attentats de Paris et de Saint-Denis.

Le suspect, ajoutent les procureurs, a pris part à une réunion à Edirne, en Turquie, en décembre 2014, où se trouvaient notamment Abdelhamid Abaaoud et d'autres jihadistes tués en janvier 2015 par les policiers belges à Verviers.

Arrêté alors qu'il se faisait passer pour un réfugié

"Des dossiers photos, et des instructions sur la mise au point d'engins explosifs (...) ainsi que des photos d'objets sur lesquels les explosifs devaient être utilisés, ont été découverts sur le téléphone de Mourad T.", a également expliqué le parquet national.

Mourad T. est arrivé en Pologne par la République tchèque, et se présentait comme un réfugié syrien. Arrêté à Rybnik, dans le sud-ouest de la Pologne, le 5 septembre 2016, il "est en détention en l'attente de son procès". Il sera jugé en Pologne et risque entre six mois et huit ans de prison pour "participation à une organisation criminelle armée".