Ecoles, hôpitaux, frontières : après les attaques de Paris, quelles sont les mesures d'urgence en vigueur

A Paris, tous les équipements de la ville seront fermés samedi. 

Un car de police dans les rues de Paris, près du boulevard Voltaire, où se trouvent la salle de concert Le Bataclan, vendredi 13 novembre 2015. 
Un car de police dans les rues de Paris, près du boulevard Voltaire, où se trouvent la salle de concert Le Bataclan, vendredi 13 novembre 2015.  (AMINE LANDOULSI / ANADOLU AGENCY / AFP)

En deuil après la mort d'au moins 120 personnes dans plusieurs attaques à Paris et aux abords du Stade de France, à Saint-Denis, vendredi 13 novembre, les Français vont se réveiller samedi dans un pays en état d'urgence.

Dès vendredi soir, la préfecture de police de Paris a recommandé vendredi soir sur Twitter aux personnes qui se trouvent en Ile-de-France "d'éviter de sortir sauf nécessité absolue."

Alors que le président François Hollande est retourné dans la nuit au ministère de l'Intérieur pour poursuivre l'évaluation de la situation, francetv info fait le point sur les conséquences immédiates de l'attaque. Fermetures d'écoles, annulations de manifestations ou déploiements des forces de l'ordre, voici les mesures d'ores et déjà mises en vigueur à Paris, en Ile-de-France, ainsi que dans l'ensemble du pays. 

Suivez la situation en direct

A Paris, tous les équipements de la ville fermés

Tous les équipements de la ville de Paris seront fermés samedi, a annoncé la mairie dans un tweet. Cela concerne les écoles, les musées, les bibliotèques, les gymnases, les piscines, ainsi que les marchés alimentaires. En mairie, seules les permanences "Etat civil et mariage" seront ouvertes. 

La préfecture de Paris a annoncé que "toutes les manifestations de voie publique sont suspendues jusqu'à nouvel ordre." 

Les écoles et universités également fermées en Ile-de-France 

L'ensemble des établissements scolaires et universitaires d'Ile-de-France seront fermés samedi, a annoncé dans la nuit l'académie de Paris sur son compte Twitter, après la vague d'attentats de vendredi soir dans la capitale. "Les cellules de crise des trois académies d'Ile-de-France (Paris, Créteil, Versailles) sont activées", a annoncé le rectorat.

Le plan blanc déchenché dans les hôpitaux pour mobiliser le personnel

Dans les hôpitaux, le plan blanc a été déclenché vendredi soir par l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. Il s'agit d'un dispositif de mobilisation maximale prévu pour les situations sanitaires d'urgence et de crise.

Inscrit dans la loi depuis 2004, il permet de déprogrammer des activités non indispensables, d'ouvrir des lits supplémentaires, de renforcer ponctuellement les équipes de professionnels de santé dans les établissements en difficulté, afin de faire face à l'afflux de victimes. 

Ce plan blanc fixe ainsi les modalités selon lesquelles le personnel nécessaire peut être maintenu sur place et, le cas échéant, rappelé lorsque la situation le justifie, détaille le site de l'AP-HP.

L'état d'urgence dans toute la France pour une durée inconnue

L'état d'urgence a été décrété par le Conseil des ministres dans la soirée, a annoncé François Hollande, dans la soirée. Cette procédure rarissime a été instaurée pendant la guerre d'Algérie, et a notamment été utilisée lors des émeutes dans les banlieues en 2005. Concrètement, il permet aux autorités "d'interdire la circulation des personnes" et d'instituer "des zones de protection ou de sécurité" où le séjour des personnes est réglementé, selon la loi de 1955 qui a instauré cette procédure exceptionnelle.

La prorogation de l'état d'urgence au-delà de douze jours ne peut être autorisée que par une loi, votée par le parlement, qui en fixe sa durée définitive.

Un état d'urgence "renforcé" en Ile-de-France avec notamment fermeture des lieux de réunions

Un second décret prévoit aussi d'appliquer dans l'ensemble des communes d'Ile-de-France des "mesures renforcées" permises par l'état d'urgence : assignation à résidence de toute personne "dont l'activité est dangereuse", fermeture provisoire des salles de spectacles et des lieux de réunion, et "remise des armes" par leurs propriétaires, a indiqué la présidence.

Le décret permet aussi "la possibilité de procéder à des perquisitions administratives" en Ile-de-France.

Tous les voyages scolaires annulés 

Tous les voyages scolaires sont annulés ce week-end "sur le territoire national", a annoncé samedi le ministère de l'Education nationale sur son compte Twitter.

Les annulations concernent aussi les voyages scolaires à l'étranger en raison de la fermeture des frontières, a précisé sur Twitter l'académie de Paris. 

Le rétablissement du contrôle aux frontières de la France 

François Hollande a par ailleurs "décidé le rétablissement immédiat des contrôles aux frontières", a indiqué l'Elysée et non "la fermeture" comme annoncé dans un premier temps par le président de la République vendredi soir après les attentats en série à Paris qui ont fait au moins 120 morts.

Le rétablissement des contrôles aux frontières avait en fait déjà été décidé et mis en oeuvre à compter de ce vendredi pour un mois, afin de sécuriser l'entrée sur le territoire dans le cadre de la conférence de Paris sur le climat (COP21), prévue du 30 novembre au 11 décembre, où 195 délégations officielles sont attendues.