Cet article date de plus d'un an.

Vidéos Le risque terroriste a été "clairement sous-évalué", estime le patron du parti Les Républicains Christian Jacob

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Il attend du président "des décisions" et lui reproche d'avoir peur de certains mots.

Trois jours après l'attaque au couteau devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, qui a fait deux blessés, le président des Républicains Christian Jacob qualifie le risque terroriste de "clairement sous-évalué", lundi 28 septembre sur France Inter .

À l'instar d'Éric Ciotti ou de François-Xavier Bellamy, Christian Jacob pointe du doigt les mineurs isolés accueillis en France. "Rien n'est fait depuis trois ans", tacle le patron des LR qui invite à "regarder ce qui vient de se passer sur les mineurs isolés : en 2012 la France accueillait 1 000 mineurs isolés, aujourd'hui on en a 40 000, 40 fois plus, ce n'est pas rien". Christian Jacob a appelé à la multiplication des tests osseux menés sur des personnes dont on doute de la minorité, sauf qu'"il faut l'accord de l'intéressé et une décision judiciaire, autant dire qu'il n'y a aucun test qui est réalisé".

Emmanuel Macron est "tétanisé" par le sujet de l"islamisme radical"

Le député a également taclé le président de la République sur le sujet de "l'islamisme radical". Alors qu'Emmanuel Macron doit définir le 2 octobre sa stratégie contre les séparatismes, avant un projet de loi présenté à l'automne, Christian Jacob estime qu'Emmanuel Macron "n'arrive pas à prononcer le nom : les plus de 260 victimes [du terrorisme en France] depuis 2012, elles ne sont pas victimes de je ne sais trop quel séparatisme, elles sont victimes de l'islamisme radical".

Christian Jacob demande qu'Emmanuel Macron "prenne des décisions", pour "qu'on en finisse avec les mots", car, dit-il, le chef de l'État est "tétanisé par ce sujet, et incapable de décider sur quoi que ce soit". Il faut "un peu plus de rigueur, un peu plus de sérieux et un peu moins d'arrogance dans le verbe", appuie Christian Jacob.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.