Cet article date de plus de quatre ans.

"Je suis épuisé, révolté" : la tristesse et le désarroi des internautes après l'attentat de Nice

Les messages publiés sur les réseaux sociaux dans la foulée de l'attaque au camion survenue à Nice, jeudi soir, semblent désormais tristement familiers.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une utilisatrice de Twitter publie un message en hommage aux victimes de l'attaque au camion de Nice (Alpes-Maritimes), le 15 juillet 2016. (TWITTER)

"Je suis épuisé de tout ça." Quelques heures après l'attentat survenu à Nice (Alpes-Maritimes), jeudi 14 juillet, qui a fait au moins 80 morts, les internautes du monde entier font part de leur tristesse et de leur désarroi sur les réseaux sociaux. "Je suis Charlie, je suis Paris, je suis Orlando, je suis Bruxelles, je suis Ankara, je suis Badgad, je suis Istanbul, je suis Nice", écrivent nombre d'entre eux, listant les villes frappées par des attentats ou des attaques ces derniers mois.

>> Suivez les informations en direct après l'attentat de Nice

Parmi les images partagées, plusieurs ressemblent aux messages déjà diffusés après les attentats du 13 novembre à Paris. Sur Twitter, des utilisateurs partagent par exemple la photo d'un drapeau français, sur laquelle l'inscription Nice surplombe des larmes bleu-blanc-rouge. Un autre publie une photo de la Promenade des Anglais, avec le message #PrayForNice — "Priez pour Nice".

Artistes et politiques réagissent

Des artistes ont déjà pris leur crayon pour rendre hommage aux nombreuses victimes de l'attaque. Le dessinateur Plantu publie ainsi un dessin de l'Hexagone, au milieu duquel une colombe en pleurs vole et sur lequel les Alpes-Maritimes saignent. Quelques heures plus tôt, le caricaturiste croquait dans la joie les festivités du 14-Juillet, désormais ensanglantées.

Des personnalités étrangères ont déjà réagi. "Les Canadiens sont bouleversés par l'attentat de ce soir à Nice, écrit le Premier ministre canadien, Justin Trudeau. Notre sympathie va aux victimes et notre solidarité, au peuple français." "Ça ne fait qu'empirer", écrit Donald Trump sur son compte Twitter. Le candidat à la Maison Blanche, toujours prompt à s'exprimer après un attentat, a décidé de reporter l'annonce de son colistier pour la présidentielle américaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.