Attentat à Nice : Le dispositif policier en question

Beaucoup d'émotion, mais aussi des questions : comment un camion a-t-il pu accéder à la promenade des Anglais interdite à la circulation? Comment ce chauffeur a t-il pu commettre un tel massacre sur plus de deux kilomètres ?

Chaque année, c'est un spectacle qui attire des milliers de Niçois et de touristes : le feu d'artifice du 14 juillet. Selon certaines sources, une cinquantaine de policiers étaient mobilisée pour effectuer des patrouilles dans le périmètre ce jeudi soir. Un chiffre auquel il faut ajouter les effectifs de la police municipale, plusieurs dizaines d'hommes armés. Pour l'occasion la promenade des Anglais avait été réservée aux piétons dès le début d'après-midi. Tout autour, des barrières avaient été disposées. L'objectif était d'éviter l'intrusion de véhicules ou d'individus suspects.

Des forces policières insuffisantes ? 

Un dispositif qui n'a manifestement pas suffi, hier soir, à arrêter le camion. Christian Estrosi, ancien maire de Nice et président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a vivement réagi. Il a souligné l'insuffisance des forces policières : "J'attends du gouvernement de nous dire que toutes les mesures ont été prises pour qu'il n'y ait pas le moindre risque de récidive".

Le JT
Les autres sujets du JT
Capture d\'écan de l\'interview de Christian Estrosi, le 15 juillet 2016, au lendemain de l\'attentat à Nice (Alpes-Maritimes). 
Capture d'écan de l'interview de Christian Estrosi, le 15 juillet 2016, au lendemain de l'attentat à Nice (Alpes-Maritimes).  (FRANCE 2)