Attentat de Nice : comment se sont organisés les secours pour prendre en charge les victimes ?

Vendredi à 7 heures du matin, 18 blessés étaient encore en état d'"urgence absolue" selon le dernier bilan qui fait état d'au moins 84 morts.

Des secours arrivent avec des blessés à l\'hôpital Pasteur à Nice après l\'attaque qui a fait au moins soixante morts sur la Promenade des Anglaus, le 15 juillet 2016.
Des secours arrivent avec des blessés à l'hôpital Pasteur à Nice après l'attaque qui a fait au moins soixante morts sur la Promenade des Anglaus, le 15 juillet 2016. (NICE MATIN / MAXPPP)

Après le drame, l'urgence de venir en aide aux blessés. Selon le bilan du ministère de l'Intérieur, diffusé à 7h30 vendredi 15 juillet, l'attentat de Nice a fait 84 morts mais aussi 18 blessés en état d'"urgence absolue" et une cinquantaine de blessés légers. Plusieurs dispositifs ont rapidement été mis en place pour prendre en charge les victimes de cette attaque.

Les secours sont d'abord intervenus sur place, sur la zone de deux kilomètres, le long de la promenade des Anglais, où le camion a fauché les passants venus assister au feu d'artifice du 14-Juillet. Le journal Nice-Matin tweetait cette photo des secours une demi-heure après le drame.

L'hôtel Hi Beach, situé sur la promenade des Anglais, a été transformé en hôpital de fortune, explique le quotidien régional. Une cellule psychologique d'urgence a également été mise en place à quelques mètres de là, au Centre universitaire méditerranéen.

Le plan Orsec et le "plan blanc" déclenchés

Les blessés ont été évacués vers les hôpitaux de la ville. A une heure du matin, il y avait 55 blessés graves rien qu'au CHU de Nice – l'hôpital Pasteur –, toujours selon Nice-Matin. Parmi eux, on comptait des blessés par balles. Une clinique, la clinique Saint Georges, a également été réquisitionnée.

Deux plans d'urgence, le plan Orsec et le "plan blanc", ont été déclenchés pour organiser, respectivement, la prise en charge initiale et la prise en charge dans les hôpitaux. Comme l'explique Le Monde, le "plan blanc" permet de coordonner au niveau régional l'accueil des nombreuses victimes entre les différents hôpitaux, et de réquisitionner le personnel hospitalier. Contactée par francetv info, la préfecture du Var explique que les hôpitaux du département, voisin des Alpes-Maritimes, se tiennent prêts au cas où ils devraient accueillir des blessés.

La préfecture du Var a lancé un appel au don du sang à l'EFS de Nice, vendredi matin.

Dans le cadre du" plan blanc", un numéro d'urgence a été mis en place pour les familles de victimes ou de disparus, le 04 93 72 22 22. La cellule d'aide aux victimes du quai d'Orsay, déjà activée lors des attentats de 2015, est aussi opérationnelle avec un numéro d'urgence : 01 43 17 56 46.

Selon le message publié vendredi matin sur le compte Facebook de la préfecture des Alpes-Maritimes, un centre d’accueil des familles est ouvert à la Maison d’accueil des victimes, 6 rue Gubernatis à Nice, sous le pilotage de la Cellule Interministérielle d’Aide aux Victimes.

Les corps des victimes, eux, sont restés sur la promenade des Anglais pour permettre le travail de la police et ne devaient être retirés que vendredi matin, selon Nice-Matin.