Attentat à Nice : les hôpitaux de Nice face à la détresse des familles de victimes

Marie-Pierre Courtellemont, envoyée spéciale à Nice, rapporte comment s'organisent les hôpitaux niçois pour recevoir les familles et gérer leur personnel médical.

FRANCE 3

Selon Marie-Pierre Courtellemont, envoyée spéciale de France 3 à Nice, "des hélicoptères du SAMU décollent du toit de l'hôpital Pasteur pour emmener les blessés vers d'autres hôpitaux de la région. Sur le parvis, quelques familles attendent des nouvelles de leurs proches, même s'il y en a bien moins que toute la journée, mais il y a une vingtaine de personnes qui discutent à l'extérieur de la cellule médico-psychologique qui a été installée dans cet établissement flambant neuf qui a été inauguré il y a un an. Il a été spécialement préparé pour les polytraumatisés, donc de nombreuses victimes de l'attentat du jeudi 14 juillet".

Garder des forces vives

La journaliste précise que "l'ensemble du personnel médical de la région s'est porté volontaire. Les directions des différents établissements ont accueilli un certain nombre de renforts. Aujourd'hui, par exemple, les 10 blocs opératoires ont travaillé sans relâche. Cependant, les directeurs ont demandé à certaines personnes de ne pas venir. Pour ne pas encombrer les services, et pour garder des forces vives pour les jours qui viennent puisqu'une cinquantaine de personnes sont encore entre la vie et la mort à Nice."

Le JT
Les autres sujets du JT