Quinze personnes soupçonnées d’appartenir à un groupe mafieux interpellées dans l'Ouest de la France

Le réseau est notamment soupçonné de vols de véhicules, de parfums, de vêtements ou encore de produits de maroquinerie, mais aussi de trafic de cigarettes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des voitures de police lors d'une manifestation à Nantes (Loire-Atlantique), le 11 décembre 2020.  (ESTELLE RUIZ / HANS LUCAS / AFP)

Ils sont soupçonnés d'avoir commis de nombreux vols dans le Grand Ouest. Quinze personnes, 13 hommes et deux femmes, âgés de 31 à 70 ans, ont été mises en examen, indique mardi 16 février le parquet de Rennes, dans un communiqué. Au terme d'une enquête ouverte en avril 2019, dix ont été placés en détention provisoire, dont le chef du réseau, et cinq ont été placés sous contrôle judiciaire. 

Ces personnes sont soupçonnées d’appartenir à l’"organisation criminelle russophone dite des ‘voleurs dans la loi’", précise le parquet. Cette organisation est apparue "dans les années 1920 dans les prisons russes et a instauré une hiérarchie carcérale parallèle positionnant un chef de clan à la tête de la structure (…) Obéissant à un code très strict, tous les membres du réseau doivent notamment verser" au chef "une part des revenus provenant de leur activité illicite."

Un groupe qui sévit de la Bretagne à la Nouvelle-Aquitaine

Le chef de ce réseau qui sévissait dans le Grand Ouest est un homme de 58 ans demeurant à La Roche-sur-Yon (Vendée). "Il étendait son influence sur quatre groupes d’individus répartis dans l’ouest de la France, de la Bretagne jusque la Nouvelle Aquitaine", précise le parquet de Rennes.

"Au quotidien, les équipes de malfaiteurs se livraient à de nombreux vols aggravés sur l’ensemble du territoire national, notamment à l’occasion de véritables raids, qui généraient au total d’importants revenus occultes", poursuit le parquet, citant notamment des vols de véhicules, de parfums, de vêtements ou encore de produits de maroquinerie. Les enquêteurs les soupçonnent également de trafic de cigarettes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.