Policier tué à Avignon : quatre personnes, dont le tireur présumé, ont été interpellées

Publié Mis à jour
Policier tué à Avignon : quatre personnes, dont le tireur présumé, ont été interpellées
France 3
Article rédigé par
E. Pelletier, N. Dahan, A. Domy, C. La Rocca, C. Chabaud, Y. Saidani - France 3
France Télévisions

Quatre personnes ont été interpellées cinq jours après la mort du brigadier Éric Masson à Avignon (Vaucluse). Elles étaient toujours en garde à vue lundi 10 mai. 

C'est au péage de Remoulins (Gard), à une vingtaine de kilomètres d'Avignon (Vaucluse), que le tueur présumé du brigadier Éric Masson a été arrêté. Dimanche 9 moi, à 22h30, la police judiciaire a encerclé un véhicule utilitaire, dans lequel se trouvaient deux Avignonnais et leur chauffeur, en route pour l'Espagne. Ils avaient, en leur possession, près de 3 000 euros en liquide. 

Deux personnes interpellées très jeunes 

"Les deux personnes interpellées, et qui étaient recherchées, sont toutes les deux très jeunes, puisqu'elles ne sont âgées que de 19 et 20 ans, et que malgré leur jeune âge, ils ont tous les deux déjà été condamnés plusieurs fois, notamment par le tribunal pour enfants", explique Philippe Guémas, procureur de la République d'Avignon. Le tireur présumé est connu pour détention et vente de stupéfiants, violences en réunion, vol ou encore port d'arme blanche. Son nom est apparu dans l'enquête vendredi, grâce à un informateur, deux jours seulement après le meurtre d'Éric Masson dans le centre-ville d'Avignon.

Un profil ADN a été relevé sur une douille, mais il est difficilement exploitable. Les enquêteurs de la police judiciaire pensent que les deux fugitifs se sont cachés dans une cave aménagée dans le quartier populaire de Coupo Santo, au sud d'Avignon, afin d'échapper aux recherches. Le principal suspect conteste toute implication, selon son avocat. Lundi 10 mai, quatre personnes étaient en garde à vue. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Policier tué à Avignon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.