DIRECT. Policier tué à Avignon : le tireur présumé "a contesté les faits", un troisième suspect en garde à vue

Alors que deux suspects ont été mis en examen et placés en détention provisoire mardi après la mort du brigadier Eric Masson, le 5 mai, le procureur de la République d'Avignon a annoncé mercredi qu'un individu suspecté d'avoir aidé les deux hommes avait été placé en garde à vue.

Des policiers sécurisent un quartier d\'Avignon (Vaucluse), le 5 mai 2021 après la mort d\'Eric Masson en opération.
Des policiers sécurisent un quartier d'Avignon (Vaucluse), le 5 mai 2021 après la mort d'Eric Masson en opération. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)
Ce qu'il faut savoir

L'enquête avance dans l'affaire du meurtre du policier Eric Masson, tué le 5 mai à Avignon (Vaucluse). Au lendemain de la mise en examen de deux suspects, dont le tireur présumé, le procureur de la République Philippe Guémas a fait un point sur l'enquête, mercredi 12 mai. L'homme soupçonné d'avoir tiré sur Eric Masson "a continué de contester les faits tout au long de sa garde à vue", a expliqué le procureur, à propos d'un homme identifié par le collègue du policier tué. Le second suspect, qui a "assisté aux faits sans y participer" selon le procureur,"a confirmé que le principal suspect était bien celui qui avait tiré". Suivez notre direct.

 Un policier tué lors d'une opération antidrogue. Eric Masson a été abattu le 5 mai en fin de journée à Avignon, alors qu'il était en intervention sur un important point de deal du centre-ville avignonnais. Le suspect, qui avait pris la fuite, a été arrêté dimanche soir au péage de Remoulins (Gard) en compagnie de deux individus. Les trois hommes tentaient de fuir vers l'Espagne. La sœur du tireur présumé a également été interpellée.

 Deux suspects mis en examen. Les deux suspects ont été placés en détention provisoire, mardi dans la soirée. Le tireur présumé (19 ans), qui nie les faits, est poursuivi pour "homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique" et "tentative d'homicide" sur le collègue de l'agent. L'homme (20 ans) qui accompagnait le tireur présumé a lui été mis en examen pour "non-assistance à personne en danger et recel de malfaiteurs". La complicité, en revanche, n'a pas été retenue.

Un nouveau suspect en garde à vue. Une troisième personne, soupçonnée d'être propriétaire du local où se sont cachés les deux suspects entre mercredi et dimanche, se trouve en garde à vue, a annoncé le procureur de la République d'Avignon, Philippe Guémas.

 Deux gardes à vue levées. Alors que quatre personnes avaient été placées en garde à vue, lundi, deux suspects ont été libérés mardi. Il s'agit du chauffeur du véhicule intercepté au péage et de la sœur du principal suspect.

 Hommage national rendu à Eric Masson. "Face au pire, il donnait le meilleur." Le Premier ministre, Jean Castex, a salué Eric Masson, qu'il a décrit mardi comme un "serviteur de l'Etat", lors de l'hommage national rendu à ce policier de 36 ans. Dimanche, des centaines de policiers avaient honoré la mémoire de leur collègue à Paris et à Avignon.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #AVIGNON

15h00 : C'est une enquête "qui est loin d'être terminée". Au lendemain de la mise en examen de deux hommes dans le cadre de l'enquête sur la mort d'Eric Masson, le policier abattu à Avignon le 5 mai lors d'un contrôle, le procureur d'Avignon a donné une conférence de presse. Voici les principales informations.

14h32 : C'est l'heure du traditionnel point sur l'actualité :

L'affrontement armé entre le Hamas et l'Etat hébreu fait craindre une "guerre à grande échelle". Les hostilités les plus intenses depuis sept ans ont fait au moins 48 morts à Gaza, dont 14 enfants et trois femmes, deux Palestiniens de Cisjordanie occupée et cinq Israéliens. Suivez notre direct.

Un pass sanitaire sera exigé pour les spectateurs voulant accéder au stade de Roland-Garros, a annoncé la directrice générale de la Fédération française de tennis. Voici ce qu'il faut savoir sur la tenue des prochains événements sportifs en France

• Le meurtrier présumé du policier Eric Masson "a contesté les faits" tout au long de sa garde à vue, a annoncé le procureur de la République d'Avignon. Une troisième personne est en garde à vue. Suivez notre direct.

• La cour d'appel de Paris ordonne le renvoi en correctionnelle d'Air France et d'Airbus pour leurs responsabilités indirectes dans le crash du vol Rio-Paris, en 2009.

12h07 : Il est midi, voici un nouveau point sur l'actualité :

• Le meurtrier présumé du policier Eric Masson "a contesté les faits" tout au long de sa garde à vue, a annoncé le procureur de la République d'Avignon. Une troisième personne est en garde à vue. Suivez notre direct.

• La cour d'appel de Paris ordonne le renvoi en correctionnelle d'Air France et d'Airbus pour leurs responsabilités indirectes dans le crash du vol Rio-Paris, en 2009.

#COVID_19 "La Fête de la musique se tiendra bien le 21 juin", sans pass sanitaire, a annoncé la ministre de la Culture. Suivez notre direct.

• La mission d'inspection de fonctionnement sur le féminicide de Mérignac "révèle une suite de défaillances" dans le suivi du conjoint, accusé d'avoir immolé sa femme par le feu en pleine rue la semaine dernière. Ce mari violent et récidiviste a été mis en examen pour homicide volontaire sur conjoint.

11h19 : Bonjour @nh. Si l'on parle de tireur présumé, c'est bien pour respecter la présomption d'innocence du principal suspect. Selon le procureur de la République d'Avignon, le tireur présumé a été "identifié formellement" par le coéquipier d'Eric Masson. Le deuxième homme mis en examen, qui a assisté au meurtre, a par ailleurs "confirmé que le principal suspect était bien celui qui avait tiré".

11h22 : Depuis son arrestation, on parle de "tueur présumé" — quelles sont les preuves qui sont retenues contre cette personne ? Sans minimiser la gravité de l'acte, je me pose une question : est-ce qu'on n'a pas un peu zappé la présomption d'innocence par besoin de résultats ?

11h15 : "Nous avons des éléments concrets qui permettent de confirmer" que les suspects se préparaient à fuir vers l'Espagne, dont "une adresse", précise Philippe Guémas. Le procureur rappelle que l'enquête est "toujours en cours".

11h17 : Ce second suspect "a confirmé que le principal suspect était bien celui qui avait tiré", ajoute Philippe Guémas. Une troisième personne, soupçonnée d'être propriétaire du local où se sont cachés les deux suspects, se trouve toujours en garde à vue.

11h11 : "Le second suspect a assisté aux faits sans y participer", rapporte le procureur de la République. C'est ce qui explique qu'il n'a pas été mis en examen pour complicité mais pour "non-assistance à personne en danger et recel de malfaiteurs".

11h12 : Philippe Guémas revient sur la mise en examen de deux personnes, dont le tueur présumé du policier, dans le cadre de cette enquête. L'homme soupçonné d'avoir tiré sur Eric Masson "a continué de contester les faits tout au long de sa garde à vue", précise le procureur. Il a été identifié par le coéquipier du brigadier tué, ce que le tireur présumé conteste également.

11h06 : Suivez en direct la conférence de presse du procureur de la République d'Avignon sur les suites de l'enquête sur le meurtre du policier Eric Masson.

09h44 : Bonjour . La conférence de presse du procureur de la République d'Avignon devrait avoir lieu à 11 heures. Nous la suivrons bien sûr en direct.

10h01 : Bonjour ! Savez-vous à quelle heure est la conférence de presse du procureur d’Avignon aujourd’hui ? Merci pour votre travail. Et bonne journée.