Cet article date de plus d'un an.

Vrai ou faux Le gaz lacrymogène est-il toxique sur le long terme ?

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
6media Vrai ou Fake SJT VOUF LACRYMO V2 (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Dans une étude, le docteur en biologie Alexander Samuel dénonce les effets néfastes du gaz lacrymogène sur la santé, au long terme. Qu’en est-il ?

On connaît les dangers immédiats du gaz lacrymogène : irritation intense et difficulté à respirer. Mais serait-il également toxique sur le long terme ? Après avoir épluché de nombreuses études et effectué des prélèvements, le docteur en biologie Alexander Samuel est arrivé à la conclusion qu’une molécule continue dans le gaz lacrymogène se transforme en cyanure. "Et ce cyanure, à la concentration que j’ai pu mesurer en tout cas, est suffisamment dangereux pour occasionner des dégâts au niveau du cerveau, du foie et des reins", explique-t-il. 

Une étude réalisée sur des animaux a effectivement démontré que le gaz lacrymogène pouvait se transformer en cyanure une fois ingéré. Pour les différents toxicologues interrogés par France Info, cela ne signifie pas que la situation se produit forcément chez l’homme.

Des études insatisfaites selon les détracteurs du gaz lacrymogène 

Le Pr. Bruno Megarbane, chef de service de réanimation médicale et toxicologique de l’hôpital Lariboisière, à Paris, précise notamment "que les conditions expérimentales ne correspondent pas du tout à l’exposition humaine", et que la toxicité du cyanure, toujours immédiate, n’a pas d’effets sur le long terme. 

Alexander Samuel dit quant à lui que les études citées n’ont pas été effectuées dans les bonnes conditions. L’une a notamment été faite après une exposition allant jusqu’à 1,5 mg/M3 de gaz lacrymogène. Or, lors des émeutes de Portland aux États-Unis, des manifestants ont pu être exposés à 4,5 mg/m3. Interrogé à ce sujet par mail, le Dr. Robert Garnier, médecin toxicologique, explique qu’il n’y a "en pratique pas de cas connu d’intoxication cyanhydrique humaine après exposition au CS [gaz lacrymogène]". Les toxicologues assurent donc que la toxicité du gaz est immédiate, et uniquement liée à son pouvoir irritant. La réponse ne satisfait pas les détracteurs du CS, qui demandent des études plus précises sur le sujet. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.