Violences policières : Frédéric Péchenard ne croit pas à un "contrôle indépendant" de la police, "une couche supplémentaire parfaitement inutile"

L'ancien directeur général de la police nationale et vice-président LR du conseil régional d’Ile-de-France a rejeté mardi matin l'idée d'une réforme du contrôle des policiers.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Frédéric Péchenard, le 12 octobre 2016, à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Frédéric Péchenard n'attend "rien" du Beauvau de la sécurité"C’est bien de parler des sujets de police et d'inviter autour de la table les syndicats, les policiers, la hiérarchie, les élus et les citoyens. Mais il faut que ça débouche sur quelque chose, a insisté, mardi 14 septembre sur franceinfo, l'ancien directeur général de la police nationale et vice-président LR du conseil régional d’Ile-de-France. "Le Beauvau de la sécurité, c'est fait pour préparer une Loppsi, [une loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure], c'est à dire quelque chose qui vous permet de voir la police et la justice à cinq ans, à dix ans. Vous ne pouvez pas faire cela en fin de quinquennat", a-t-il ajouté.

Frédéric Péchenard a notamment critiqué la mise en place d’un "contrôle indépendant" de la police évoqué dès lundi par l'Elysée et confirmé mardi après-midi par le chef de l'Etat lors de son discours de clôture du Beauvau de la sécurité avec l'annonce de la création d'une délégation parlementaire pour contrôler les forces de l'ordre. "On va rajouter une couche supplémentaire parfaitement inutile", avait réagi dès mardi matin Frédéric Péchenard. "Quand vous êtes avocat, vous êtes jugés par des avocats du conseil de l'Ordre des avocats. Quand vous êtes médecin, vous êtes jugés par des médecins en première instance", a-t-il en outre plaidé, tout comme l'inspection générale de la Police nationale (IGPN) est composée de policiers pour enquêter sur d'autres policiers. 

"Ce sont les magistrats, juges d'instruction, procureurs de la République qui saisissent les officiers de police judiciaire de l’IGPN"

Frédéric Péchenard, ancien directeur général de la police nationale

à franceinfo

"Le contrôle sur l'action des forces de sécurité, sur les violences notamment, est fait par les magistrats, a affirmé Frédéric Péchenard. Il n'y a pas dans notre pays quelqu'un qui est plus indépendant que le juge d'instruction, ça me paraît une garantie suffisante, a-t-il dit. Par ailleurs, vous avez déjà tout un tas de comités contre la torture, ainsi que les journalistes qui surveillent eux aussi de près ce que fait la police."

Frédéric Péchenard réagissait mardi matin au Beauvau de la sécurité. Il répond à Marc Fauvelle.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences policières

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.