Police : Emmanuel Macron veut une "nouvelle modalité de contrôle" de l'action des forces de l'ordre, annonce l'Elysée

Le chef de l'Etat sera en visite à Roubaix mardi pour officialiser cette annonce à l'occasion de la conclusion du Beauveau de la sécurité.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo prise le 27 novembre 2020 montrant un commissariat du 12e arrondissement de Paris abritant une antenne de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Emmanuel Macron veut mettre en place une "nouvelle modalité de contrôle" de l'action des forces de l'ordre, a appris France Télévisions lundi 13 septembre auprès de l'Elysée. "Il ne s'agit pas d'un organisme nouveau ad hoc mais d'une nouvelle modalité de contrôle, externe à l'administration. L'IGPN [Inspection générale de la police nationale] et l'IGGN [Inspection générale de la gendarmerie nationale] restent dans leur rôle et leur formation actuelle", a assuré l'Elysée. Les modalités de ce nouveau mode de contrôle n'ont pas été précisées.

Emmanuel Macron doit officialiser cette annonce lors d'une visite à Roubaix (Nord) mardi, pour clore le Beauvau de la sécurité, la vaste concertation destinée à améliorer les conditions d'exercice du métier de policier. Lors d'un long entretien accordé au média Brut, en décembre 2020, Emmanuel Macron avait déjà évoqué la nécessité de donner "une vraie indépendance" à l'IGPN avec "plus de transparence sur le suivi".

En juin 2020, Christophe Castaner, alors ministre de l'Intérieur, avait annoncé également une refonte des inspections des forces de l'ordre, dont l'IGPN. Enfin, dans un entretien au Figaro (article abonnés) publié en avril dernier, le chef de l'Etat avait évoqué la création d'une "délégation parlementaire chargée du contrôle (des) forces de l'ordre", à l'image de la délégation pour le renseignement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Police

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.