Nomination de Gérald Darmanin et Éric Dupond-Moretti au gouvernement : C'est "cracher au visage de toutes les femmes", dénonce la chanteuse Camélia Jordana

Comme plusieurs associations et responsables politiques avant elle, Camélia Jordana considère les ministres de l'Intérieur et de la Justice comme des anti-féministes."On a compris le message. On sera plus nombreuses et plus régulièrement dans les rues", prévient-elle.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La chanteuse Camélia Jordana. (FRÉDÉRIC FLEUROT / FRANCE-BLEU PAYS BASQUE)

La chanteuse Camélia Jordana a estimé mercredi 8 juillet, sur franceinfo, que la nomination de Gérald Darmanin au ministère de l’Intérieur et celle d’Éric Dupont-Moretti à la Justice était "d'une violence inouïe". Selon elle, c’est "cracher au visage de toutes les femmes". Gérald Darmanin fait face à une accusation de viol, et Éric Dupont-Moretti a notamment défendu Georges Tron, ancien secrétaire d'État et maire de Draveil, acquitté en 2018 lors d'un procès d'accusations d’agressions sexuelles.

Elle ressent "une violence dingue"

C’est "d'une violence inouïe d'observer les choix du nouveau ministre 'dit' de la Justice et du nouveau ministre 'dit' de l’Intérieur. C’est d'une violence dingue, mais vraiment d'une violence dingue. En fait, c'est un acte tellement agressif envers les femmes. Toutes les femmes, et c'est tellement violent. En fait, c'est vraiment cracher au visage de toutes les femmes et cracher doublement au visage de toutes les victimes de viol", a-t-elle réagi.

Camélia Jordana avait été la cible de certaines critiques après avoir participé aux côtés de la famille d'Adama Traoré à des manifestations contre les violences policières le mois dernier.

C’est surréaliste de voir qu'en 2020, un gouvernement et un président qui essaient de prôner la parité, l'égalité, qui disent 'hourra' au ministère des Droits des femmes et de l'Egalité, puissent aller aussi loin dans la violence de ces choix.

Camélia Jordana

à franceinfo

"C'est surréaliste, incompréhensible, mais ce n’est pas grave. On a compris le message. On sera plus nombreuses et plus régulièrement dans les rues", a-t-elle prévenu. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.