La préfecture de police de Paris interdit deux rassemblements en hommage à George Floyd prévus samedi

"La manifestation pacifique parisienne (...) est maintenue", a réagi vendredi sur Facebook la Ligue de défense noire africaine, organisatrice du rassemblement, qui souhaite dénoncer "la négrophobie et le racisme". 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Assa Traoré, la sœur d'Adama Traoré, lors du rassemblement du 2 juin 2020 à Paris contre les violences policières et pour la réouverture de l'enquête sur le décès de son frère. (MICHEL EULER/AP/SIPA / SIPA)

La préfecture de police de Paris a interdit la tenue de deux rassemblements prévus samedi 6 juin devant l'ambassade des Etats-Unis, en hommage à George Floyd, un Américain noir de 46 ans asphyxié par un policier blanc, a-t-elle indiqué vendredi 5 juin dans un communiqué. "Deux projets de rassemblements statiques devant l'ambassade des Etats-Unis ont été déclarés pour le samedi 6 juin 2020", écrit la préfecture de police.

"La manifestation pacifique parisienne (...) est maintenue", a réagi sur Facebook la Ligue de défense noire africaine, organisatrice du rassemblement. "Manifester est un droit inaliénable quand les violences, la négrophobie et le racisme (...) sont devenus normes", ajoute-t-elle.

"Ces rassemblements, susceptibles de rallier de nombreuses personnes, ne sont pas autorisés par le décret du 31 mai 2020 relatif à l'état d'urgence sanitaire qui proscrit tout rassemblement, dans l'espace public, de plus de dix personnes", est-il précisé dans le communiqué de la préfecture de police. Le communiqué fait également allusion aux "incidents et violences" qui ont eu lieu en marge de la manifestation, interdite, du 2 juin.

Ce rassemblement, organisé à l'appel du comité de soutien à la famille d'Adama Traoré, jeune homme noir de 24 ans mort en 2016 après son interpellation par les gendarmes, avait réuni 20 000 personnes devant le Tribunal de grande instance de Paris. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.