REPLAY. "Sécurité globale" : "Le préfet Lallement a toute ma confiance", affirme Gérald Darmanin

Le ministre de l'Intérieur s'explique devant la commission des lois de l'Assemblée nationale, après dix jours entachés par des violences policières et des manifestations contre la proposition de loi "sécurité globale".

Ce qu'il faut savoir

Gérald Darmanin a été entendu par la commission des lois de l'Assemblée nationale, lundi 30 novembre, "sur les conditions dans lesquelles les forces de l'ordre ont eu recours à la force lors de différents événements survenus à Paris depuis la manifestation du 17 novembre 2020""Le préfet Lallement a toute ma confiance", a-t-il notamment déclaré. "Le Préfet Lallement a un patron, c'est le ministre de l'Intérieur. Je n'ai ni amour ni haine du préfet Lallement (...) c'est un fonctionnaire travailleur, qui ne m'a jamais menti, qui dirige l'un des postes les plus difficiles de France", a-t-il ajouté.

"Pas de divorce entre la police et la population". Dressant la liste des sept "péchés capitaux" des gouvernements précédents en matière de maintien de l'ordre, le locataire de la place Beauvau "ne partage pas l'idée qu'il y a un divorce entre la police et la population. Les gardiens de la paix sont rarement des enfants de PDG"

"Des actes inqualifiables ont été commis". "Ceux qui doivent être sanctionnés n'ont rien à faire dans la police nationale, a-t-il réagi a sujet de l'affaire Michel Zecler. Des actes inqualifiables ont été commis par ceux qui portent l'uniforme de la République." "Je souhaite que nous puissions continuer à protéger les policiers et les gendarmes dans les opérations de police et leur vie personnelle mais la contrepartie de ce soutien très fort c'est ma demande très forte d'exemplarité avec les fonctionnaires de police", a-t-il ajouté.

"Nous devons éteindre ces doutes." Il sera bel et bien réécrit. Les présidents des groupes parlementaires de la majorité ont annoncé, lundi 30 novembre, qu'ils allaient "proposer une nouvelle écriture complète de l'article 24" sur la liberté de la presse, contenu dans la proposition de loi "sécurité globale". Une annonce faite quelques heures après avoir été reçus à l'Elysée, à la mi-journée. "En tant que législateurs, nous devons être les garants des libertés et des droits fondamentaux, au premier rang desquels, évidemment, la liberté d'expression et la liberté de la presse", a expliqué Christophe Castaner, chef de file des députés LREM, en conférence de presse.

 Le Premier ministre et deux ministres également conviés à l'Elysée. Le Premier ministre Jean Castex, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti avaient également rendez-vous avec Emmanuel Macron, à la mi-journée. Cette réunion intervient après dix jours entachés par des violences policières et marqués par des manifestations contre la proposition de loi "sécurité globale" (et notamment l'article 24).

Des images qui nous "font honte". Réagissant à "l'agression inacceptable" du producteur de musique noir Michel Zecler par des policiers, le chef de l'Etat avait demandé, vendredi, au gouvernement de lui "faire rapidement des propositions pour réaffirmer le lien de confiance qui doit naturellement exister entre les Français et ceux qui les protègent et pour lutter plus efficacement contre toutes les discriminations".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SECURITE_GLOBALE

00h11 : Minuit, faisons un dernier point sur l'actualité de ce lundi 30 novembre :

•Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a été auditionné ce soir par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, dans un contexte de contestation de la loi "sécurité globale" et après une série de violences policières. Voici ce qu'il faut retenir de son audition.


• La France a enregistré 4 005 nouveaux cas d'infection au Covid-19 ces dernières 24 heures, indiquent les autorités sanitaires. Ces dernières recensent également 408 décès à l'hôpital en 24 heures. La pression sur le système hospitalier poursuit sa lente décrue, avec 55 patients hospitalisés de moins qu'hier.

• Emmanuel Macron donnera une interview "destinée à la jeunesse" au média en ligne Brut jeudi. Lors de cet entretien, le sujet des violences policières sera notamment évoqué, tout comme celui de la laïcité et de la protection de l'environnement.

• Le skipper Jean Le Cam, dérouté pour porter secours à Kevin Escoffier, "a établi un contact visuel avec Kevin ainsi qu'un échange vocal. Contact visuel perdu suite à une manœuvre et aux conditions", a indiqué ce soir la direction du Vendée Globe. Trois autres skippers, Yannick Bestaven, Boris Herrmann et Sébastien Simon, ont également été déroutés pour leur venir en aide.

Ce direct reprendra dès 6 heures demain matin.

23h13 : "Il fallait rester, il fallait faire des photos." Ameer al-Halbi, photographe syrien de 24 ans installé en France depuis plus de trois ans, a été blessé samedi lors de la manifestation parisienne contre le projet de loi "sécurité globale". A l'heure où le parquet de Paris a ouvert une enquête en "recherche des causes de ses blessures", le photographe s'est confié à franceinfo.

22h35 : 22h30, l'heure du "best-of" de nos contenus ce soir sur franceinfo:

• Notre article vous expliquant cinq choses à savoir sur la stratégie de vaccination française contre le Covid-19.


•Notre article vous résumant les principaux points de l'audition du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, ce soir devant la commission des Lois de l'Assemblée nationale.


• Notre vidéo vous expliquant ce qu'est le halo, le dispositif de sécurité qui a sûrement sauvé la vie de Romain Grosjean lors de son spectaculaire accident, au départ du Grand Prix de Bahreïn.

21h25 : Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a été auditionné ce soir par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, dans le contexte de la contestation contre le projet de loi "sécurité globale" et après une série de violences policières. Voici ce qu'il faut retenir de son audition.

20h48 : Face à la commission des Lois de l'Assemblée nationale, Gérald Darmanin s'exprime au sujet du démantèlement par les forces de l'ordre du campement place de la République, lundi soir dernier. "Il n'est pas normal d'installer des centaines de sans-papiers sur une place de la République, et dont certains font de la provocation à l'encontre des forces de l'ordre", défend-il. Mardi, le ministre de l'Intérieur avait toutefois jugé les images "choquantes".

20h10 : Nous vous en parlions plus tôt dans ce live : le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "recherche des causes des blessures" subies par le photographe syrien Ameer al-Halbi samedi, lors de la manifestation contre le projet de loi "sécurité globale". "Je me suis revu dans l'ambulance d'Alep", témoigne-t-il auprès de Libération.

20h06 : 20 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité de la soirée :

• Gérald Darmanin est entendu par la commission des Lois de l'Assemblée nationale. "Le préfet Lallement a toute ma confiance", a-t-il notamment déclaré au sujet du préfet de police de Paris. Suivez notre direct.

• Les groupes parlementaires de la majorité à l'Assemblée nationale ont annoncé aujourd'hui que l'article 24 de la proposition de loi "sécurité globale" allait être réécrit.

• Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, donnera une interview "destinée à la jeunesse" au média en ligne Brut jeudi. Il évoquera notamment la question des violences policières.


• Kevin Escoffier, troisième du Vendée Globe, a déclenché sa balise de détresse en raison d'une importante voie d'eau. Jean Le Cam, puis Yannick Bestaven et Boris Herrmann ont été déroutés pour lui venir en aide.

19h48 : "Je n'ai ni amour ni haine pour le préfet Lallement."

Interrogé sur le travail du préfet de police de Paris, Didier Lallement, Gérald Darmanin estime qu'"il ne faillit pas à ses fonctions". "C'est un fonctionnaire travailleur, qui ne m'a jamais menti, qui dirige l'un des postes les plus difficiles de France", défend le ministre.

19h43 : Toujours auditionné par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, se dit "pas favorable" à la transformation de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) en autorité administrative indépendante. "Cette autorité administrative indépendante, elle s'appelle le Défenseur des droits", a-t-il justifié.

18h59 : "Je ne partage pas le fait qu'il y ait un divorce entre la police et sa population."

Entendu par la commission des Lois de l'Assemblée nationale après une série de violences policières, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, estime que le lien entre la police et les Français "n'a jamais été perdu". "Mais il y a à faire comprendre les difficultés que vivent les policiers, et à comprendre aussi comment la population souhaite aujourd'hui l'exercice de la force légitime", a indiqué le ministre.

18h47 : "Il y a sans doute des comportements individuels, mais il y a peut-être des problèmes structurels."


Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, continue d'être entendu par la commission des Lois de l'Assemblée nationale. Il réaffirme son "soutien" à la police, mais demande une "exemplarité" au sein des forces de l'ordre. Vous pouvez suivre son intervention dans notre direct.

18h45 : Le parquet de Paris ouvre une enquête pour "recherche des causes des blessures" subies par le photographe syrien Ameer al-Halbi samedi, lors de la manifestation contre le projet de loi "sécurité globale". Ameer al-Halbi, 24 ans, souffre d'une grave blessure au visage après avoir reçu un "coup de matraque", selon Reporters sans Frontières.

18h35 : "Il n'y a pas assez de chefs, de sous-chefs, de sous-officiers présents dans la rue avec les femmes et les hommes qui nous servent."

Interrogé par la commission des lois de l'Assemblée nationale, Gérald Darmanin estime qu'il faut "créer un corps intermédiaire d'encadrement" au sein de la police, qui soit davantage présent sur le terrain avec les forces de l'ordre. Le ministre estime également que "nous devons aux policiers plus d'heures de formation", et reconnaît un manque de matériel au sein de la profession.

18h30 : Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, est actuellement entendu par la commission des lois de l'Assemblée nationale. Vous pouvez suivre cette audition dans notre direct.

18h05 : Il est 18 heures, rembobinons l'actualité de cet après-midi :

• Les groupes parlementaires de la majorité à l'Assemblée nationale ont annoncé que l'article 24 de la proposition de loi "sécurité globale" allait être réécrit. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, doit être entendu à 18h15 par la Commission des lois de l'Assemblée.

• Kevin Escoffier, troisième du Vendée Globe, a déclenché sa balise de détresse en raison d'une importante voie d'eau. Jean Le Cam a été dérouté pour lui venir en aide.

• La société américaine Moderna a déposé aujourd'hui des demandes d'autorisations conditionnelles de son vaccin contre le Covid-19 aux Etats-Unis et en Europe. Ce matin, la Haute Autorité de santé a dévoilé ses préconisations pour la vaccination en France. Suivez notre direct.

• Hervé Le Tellier a obtenu le prix Goncourt, pour son roman L'Anomalie (Gallimard). Le prix Renaudot a été décerné à Marie-Hélène Lafon pour Histoire du fils (Buchet-Chastel).

16h33 : Vous avez raison, @Bernadette92, si l'attention se concentre sur l'article 24 de la proposition de loi "sécurité globale", ce n'est pas la seule mesure qui fait débat. Nous vous précisons tout ce qu'il faut savoir sur ce texte contesté, dans cet article.

16h29 : Donc seul l'art.24 est mis en cause, et les drônes, et la possibilité de porter une arme dans des lieux publicspour les policiers après leur travail, et les délégations de leurs taches aux polices municipales voire même à des vigiles de sociétés privées ? Rien ?

16h29 : Pour rappel, l'article 24 de la proposition de loi interdit la diffusion d'images des membres des forces de l'ordre dans l'intention de nuire à leur intégrité "physique ou psychique". Il est vigoureusement dénoncé depuis la mi-novembre par les syndicats de journalistes et les groupes de défense des droits de l'homme, qui y voient une grave atteinte à la liberté de la presse.

16h24 : La conférence de presse des présidents des groupes parlementaires de la majorité à l'Assemblée nationale est désormais terminée.

16h19 : "En tant que législateurs, nous devons être les garants des libertés et des droits fondamentaux, au premier rang desquels, évidemment, la liberté d'expression et la liberté de la presse."

16h18 : Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale indique que la majorité "prend acte" de "l'incompréhension" de l'opinion publique et des journalistes face à l'article 24 du texte. "Dès cet après-midi, nous allons nous remettre au travail", précise Christophe Castaner.

16h16 : "Nous allons proposer une nouvelle écriture complète de l'article 24. (...) Cette nouvelle rédaction sera menée par les trois groupes parlementaires de la majorité."

16h16 : Christophe Castaner annonce que l'article 24 de la proposition de loi "sécurité globale" va être réécrit.

16h17 : "Les incompréhensions suscitées par l'article 24 nécessitent que l'on prenne le temps d'aborder ce point à nouveau avec vous."

16h17 : Une source gouvernementale a précisé à France Télévisions que, lors de la réunion qui a eu lieu ce midi à l'après-midi, le couple exécutif et les présidents des groupes parlementaires de la majorité à l'Assemblée nationale ont évoqué l'article 24 de la proposition de loi "sécurité globale", ainsi que des propositions pour restaurer le lien entre la police et la population.

16h12 : Vous pouvez suivre l'intervention des présidents des groupes parlementaires à l'Assemblée nationale dans notre direct.

16h10 : Les trois présidents des groupes parlementaires de la majorité donnent une conférence de presse, après une rencontre avec le gouvernement pour parler de la proposition de loi "sécurité globale".

15h17 : Les présidents des trois groupes parlementaires de la majorité, qui se sont entretenus ce midi avec Emmanuel Macron, Jean Castex et plusieurs ministres au sujet de la proposition de loi "sécurité globale", tiendront une conférence de presse à 16 heures.