Seine-Saint-Denis : ce que l'on sait de l'interpellation pendant laquelle Gabriel, 14 ans, a été gravement blessé au visage

Cet adolescent a dû être opéré d'une fracture maxillaire après avoir été interpellé, dans la nuit du 25 au 26 mai. Sa famille a déposé deux plaintes contre les policiers qui l'ont arrêté.

Rassemblement pour dénoncer les violences policieres au tribunal de grande instance de Paris organisé par le collectif \"justice pour Adama\" (Traoré), le 2 juin 2006.
Rassemblement pour dénoncer les violences policieres au tribunal de grande instance de Paris organisé par le collectif "justice pour Adama" (Traoré), le 2 juin 2006. (BENO?T DURAND / HANS LUCAS)

"Certes, c'était une bêtise, mais ce qu'ils m'ont fait…" Gabriel, 14 ans, a confié sa souffrance au média Loopsider. Cet adolescent a été gravement blessé à l'œil lors de son interpellation par la police, dans la nuit du 25 au 26 mai, alors qu'il tentait de voler un scooter, à Bondy (Seine-Saint-Denis). La famille de Gabriel a déposé deux plaintes : l'une auprès de l'IGPN et l'autre auprès du parquet de Bobigny.

Alors que les manifestations se multiplient, en France et ailleurs, pour dénoncer les violences policières à la suite de la mort de George Floyd aux Etats-Unis, franceinfo revient sur cette affaire, désormais transmise à la justice. 

Que s'est-il passé cette nuit-là ?

Le soir du 25 mai, Gabriel, 14 ans, et un de ses amis s'apprêtent à voler un scooter lorsque quatre policiers du commissariat de Bondy les voient et les interpellent. Une source policière affirme à l'AFP que l'adolescent s'est "rebellé". L'adolescent raconte avoir été frappé à coups de pieds au visage par des policiers, après avoir été rattrapé, mis au sol et menotté. Il a ensuite emmené au commissariat.

La suite est racontée par sa famille au Bondy Blog. Dans la soirée, la mère de Gabriel a d'abord pensé qu'il était avec son grand frère, jusqu'à ce que ce dernier rentre seul au domicile familial. Dans la nuit, le commissariat appelle la famille pour signaler que Gabriel est en garde à vue et que "tout va bien".

Plusieurs heures plus tard, ce sont les urgences pédiatriques de l'hôpital Jean-Verdier de Bondy qui préviennent la mère de l'enfant "pour lui indiquer que son fils a été transporté du commissariat à l'hôpital par les pompiers", détaille le Bondy Blog.

Que dit l'adolescent ?

Gabriel a donné sa versions des faits à plusieurs médias. Au Bondy Blog, il raconte : "Il y avait trois garçons et une femme. Ils m'ont plaqué au sol, ils ont mis un genou sur ma tête, un genou sur mes épaules, ils m'ont mis les menottes. La femme qui est blonde tenait mes chevilles pendant qu'un agent barbu, assez gros, me donnait des coups de bottes dans la tête."

Il a également été interviewé, samedi 6 juin, par Loopsider. "On a voulu voler un scooter", reconnaît-il. En voyant les policiers Gabriel et son ami prennent la fuite dans deux directions différentes. "Ils couraient et ils m'insultaient, raconte Gabriel. Ils disaient : arrête-toi, enculé". "Quand ils m'ont arrêté (...), c'est là qu'ils m'ont tapé, mis à terre et mis les menottes. Ils étaient quatre". 

Emmené au commissariat, Gabriel "commence à vomir et avoir mal à la tête", selon son récit, "avec du sang" qui coule de son visage. Près d'une heure se passe jusqu'à ce que des pompiers arrivent pour le transférer à l'hôpital. "Les policiers leur ont dit que j'étais tombé. Alors, je leur ai dit que c'est faux et qu'ils m'ont tapé", déclare Gabriel à Loopsider.

La médecin qui examine Gabriel lui explique que "son état est grave" et contacte sa famille. C'est cette médecin qui prévient la mère de Gabriel que son fils est hospitalisé. A l'hôpital, la famille découvre l'état de l'adolescent de 14 ans, "pesant une quarantaine de kilos et mesurant à peine plus d'un mètre 70", précise le Bondy Blog, qui publie des photos de son visage tuméfié.

Que dit la police ?

Une source policière assure à l'AFP que Gabriel a "fait une chute" et s'est "rebellé". Selon cette version des faits, l'adolescent serait tombé "tout seul" en tentant de fuir la police et "un policier aurait trébuché sur lui", détaille Loopsider.

De quoi souffre l'adolescent ?

Gabriel a eu plusieurs incisives cassées et souffert d'une fracture maxillaire étendue au plancher de l'orbite de l'œil gauche. Il s'est vu prescrire 30 jours d'interruption totale de travail. Il a été hospitalisé une dizaine de jours et a dû être opéré.

"L'opération s'est bien passée, a priori il va continuer à pouvoir utiliser son œil", a annoncé l'avocat de la famille, Me Stéphane Gas, à l'AFP. Il a précisé qu'il fallait encore attendre de connaître l'évolution de la consolidation de ses blessures. Le garçon a par ailleurs déclaré à Loopsider qu'il n'arrivait pas à dormir la nuit.

Quelles sont les actions en cours ?

L'adolescent a été entendu par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), jeudi 4 juin, et a confirmé ses déclarations. Deux plaintes ont été déposées par la famille dans cette affaire. L'une auprès de l'IGPN au lendemain de l'interpellation et une seconde, le 2 juin, auprès du parquet de Bobigny pour "violences aggravées en réunion par personnes dépositaires de l'autorité publique et sur mineur de moins de 15 ans".