Policiers agressés à Herblay : le suspect interpellé mis en examen pour "tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique"

La violente agression des fonctionnaires est survenue le 7 octobre dans une zone industrielle d'Herblay, dans le Val-d'Oise. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Intervention policière après la violente agression de deux policiers à Herblay (Val d'Oise), le 8 octobre 2020. (MAXPPP)

L'homme de 30 ans interpellé par le Raid, mardi 1er décembre, à Nanterre (Hauts-de-Seine), dans l'enquête ouverte après l'attaque violente début octobre contre deux policiers à Herblay (Val-d'Oise), a été mis en examen des chefs de "tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique" et "détention non autorisée d’arme de catégorie B en réunion" et placé en détention provisoire, a indiqué le parquet de Pontoise mercredi soir. 

Cet homme est connu des services de police pour trafic de stupéfiants et il a déjà été condamné pour violence et rébellion, précise une source policière à France Télévisions.

Un premier homme déjà mis en examen

La violente agression des fonctionnaires est survenue le 7 octobre dans une zone industrielle d'Herblay. Membres de la police judiciaire de Cergy-Pontoise, les deux policiers, âgés de 30 et 45 ans, avaient été attaqués par trois individus alors qu'ils se trouvaient dans une voiture banalisée en surveillance vers 22h30. Après les avoir roués de coups au sol, les agresseurs avaient volé leurs armes de service et avaient ouvert le feu sur eux à plusieurs reprises, les blessant grièvement.

Six jours après cette violente agression, un premier homme âgé de 28 ans, qui s'était rendu de lui-même à la police de Versailles, avait été mis en examen pour "tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l'autorité publique" et placé en détention. Cette attaque avait suscité l'indignation des syndicats de policiers et de nombreuses réactions, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin considérant qu'ils avaient été "massacrés".




Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.