Val-d'Oise : deux policiers blessés par balles à Herblay, les agresseurs ont pris leurs armes de service

Trois personnes se sont emparées des armes des policiers et leur ont tiré dessus avant de prendre la fuite. Une enquête est ouverte pour tentatives d'homicides.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Herblay (Val-d'Oise). (GOOGLE MAPS)

Mercredi, vers 22h30, à Herblay (Val-d'Oise), deux policiers de la PJ de Cergy Pontoise, en civil et garés pour une mission de surveillance, ont été agressés par trois personnes pour une raison encore inconnue, a appris franceinfo jeudi 8 octobre de source policière.

L'agression s'est déroulée avenue du Gros Chêne, selon les informations de franceinfo. Les trois auteurs de l'attaque "ont réussi à subtiliser leurs armes de service", a confirmé à la télévision franceinfo Philippe Rouleau, maire de la commune d'Herblay. "Il y avait deux policiers en civil qui étaient en planque et il y a eu une altercation avec trois individus. Une bagarre s'en est suivie. Ils ont réussi à subtiliser leurs armes de service, deux armes. Ils [leur] ont tiré dessus", relate l'élu.

Un des deux policiers a été grièvement blessé. On sait que son pronostic vital est engagé. 

Philippe Rouleau, maire de la commune d'Herblay

à Franceinfo TV

"Plusieurs coups de feu ont été tirés plutôt dans le bas du corps", précise Philippe Rouleau, mais aussi "un coup de feu autour du bassin qui est assez important". Le gardien de la paix le plus gravement blessé est âgé de 30 ans. Il a été touché par quatre balles aux fesses, cuisses et genoux. Il a également un traumatisme crânien, après des coups échangés au moment de l'altercation, indique une source proche de l'enquête à franceinfo. Son pronostic vital est engagé. Son collègue, un major de police de 45 ans, a été touché aux jambes. Il a reçu deux impacts au mollet et au tibia côté droit, poursuit cette même source. Lui aussi souffre d'un traumatisme facial.

Une enquête ouverte pour tentatives d'homicides

Les agresseurs ont pris la fuite, après avoir dérobé les deux armes de service, des Sig Sauer et un téléphone portable, selon une source proche de l'enquête. La vidéosurveillance est en cours d'exploitation. Il n'y a a priori pas de témoins. La brigade criminelle de Versailles est saisie. Le parquet de Pontoise s'est rendu sur place cette nuit. Une enquête est ouverte pour tentatives d'homicides sur des agents de la force publique.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a exprimé sur Twitter son "soutien total" aux policiers attaqués, dénonçant "une violence inouïe".

Le ministre va se rendre dans la matinée au chevet des deux policiers, a appris franceinfo.

Le syndicat de police Alliance a fait part de son inquiétude. "Nous sommes très inquiets par rapport à l'état de santé de nos deux collègues et notamment l'un des deux qui a été plus sévèrement touché", a déclaré le secrétaire départemental d'Alliance 95, Ludovic Collignon. "Les auteurs de cette ignoble agression, qui est qualifiée de tentatives d'homicides sur personnes dépositaires de l'autorité publique sont activement recherchés [...] Nous espérons que l'enquête va rapidement permettre d'identifier les auteurs de cette agression et de les traduire le plus vite possible devant la justice".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.