Police : Emmanuel Macron veut mettre en place un "contrôle indépendant"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Police : Emmanuel Macron veut mettre en place un "contrôle indépendant
franceinfo
Article rédigé par
G. Papin, M. Khiat, D. Schlienger, P. Verdeau - franceinfo
France Télévisions

En clôture du Beauvau de la sécurité lancé par le gouvernement début 2021, Emmanuel Macron devrait faire des annonces, mardi 14 septembre, pendant son déplacement à Roubaix (Nord).

En février dernier, Jean Castex et Gérald Darmanin lançaient le Beauvau de la sécurité, une concertation pour améliorer les conditions de travail des policiers. Emmanuel Macron, en déplacement à Roubaix (Nord) mardi 14 septembre pourrait faire des annonces. Le président de la République souhaiterait instaurer un nouveau moyen de contrôle de l'action de la police, en parallèle de l'IGPN. Celle-ci est parfois accusée d'un manque d'indépendance ou de transparence, mais Emmanuel Macron ne souhaiterait pas la supprimer.

Des systèmes de contrôle différents à l'étranger

Communément appelée "la police des polices", l'IGPN est chargée d'enquêter sur les violences policières. Elle dispose de 285 agents, dont 72% sont des policiers. "Les fonctionnaires de police affectés à l'IGPN travaillent de façon indépendante. Dans les enquêtes qui leur sont confiées, ils travaillent sous la direction directe des magistrats, c'est à eux qu'ils doivent rendre compte", répond Thierry Clerc, secrétaire régional UNSA Police. Les systèmes sont assez différents à l'étranger, comme l'explique Pascal Verdeau, correspondant à Bruxelles. "En Angleterre et au pays de Galles, c'est une agence civile et indépendante qui enquête sur les dérapages policiers. Elle possède environ 1 000 agents, cinq fois plus que l'inspection générale de la police française. Mais elle ne peut prononcer de sanction et est réputée pour la lenteur de ses procédures", a-t-il notamment expliqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Police

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.