Meurtre dans les Cévennes : l'inquiétant profil du tueur, toujours en cavale

Publié Mis à jour
Meurtre dans les Cévennes : l'inquiétant profil du tueur, toujours en cavale
Article rédigé par
H.Puffeney, L.Berbey, J.Coulais, R.Moquillon, V.Gaglione, J-P.Faure, P.Pidoux, C.Chabaud, A.Guiraud, V.Banabera, L.Lavieille - France 2
France Télévisions

L'homme qui a abattu mardi 11 mai son patron et un collègue aux Plantiers, dans le Gard, n'a toujours pas été intercepté. Il se cache, seul et lourdement armé, dans la forêt des Cévennes. Plus de 300 gendarmes, huit hélicoptères et des brigades cynophiles ont été mobilisées. 

Depuis mardi 11 mai, 300 gendarmes quadrillent une zone autour de la scierie où le double assassinat a eu lieu. Une étendue de 15 kilomètres carrés, où pourrait se trouver Valentin M., 29 ans, le principal suspect. Lors des perquisitions à son domicile, les gendarmes ont retrouvé une douzaine d'armes et 3 300 munitions. Il publiait des photos d'armes à feu sur son compte Facebook, et avait tenté sans succès d'intégrer l'armée comme tireur d'élite. Il porterait sur lui un pistolet, un fusil à lunettes et son équipement de survie. 

Les recherches se poursuivent 

"Le seul message que je peux lui adresser, c'est de revenir à la raison, de déposer les armes et parce qu'il le doit à sa famille, qu'il le doit aux familles des victimes qu'il le doit à sa communauté, de venir s'expliquer sur son passage à l'acte dans le cadre d'une reddition pacifique", a demandé le procureur de la République de Nîmes (Gard), Éric Maurel. Les 260 habitants de la commune des Plantiers, bouclée, sont inquiets. "Jusqu'à 4h30 du matin hier soir, je ne dormais pas", indique l'une d'eux. 

Aucun contact n'a été établi avec le tireur, indiquent de leur cote les gendarmes. La traque pourrait durer plusieurs jours. "La zone est vaste et extrêmement touffue", précise la journaliste Véronique Gaglione, en duplex depuis Les Plantiers, mercredi 12 mai, qui ajoute que "le fuyard connait très bien ces montagnes, où il partait chasser". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Police

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.