Jeune homme tué à Nantes : le policier mis en examen

Le policier auteur d'un tir mortel à Nantes (Loire-Atlantique) a reconnu avoir menti. Après avoir évoqué la légitime défense, il assure désormais avoir tiré involontairement sur Aboubacar Fofana. Le policier a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Il risque 20 ans de prison. 

Voir la vidéo
FRANCE 3

"Vous l'avez tué, vous l'avez tué." Les amis d'Aboubacar Fofana, tué par un policier, ne décolèrent pas. Le jeune homme de 22 ans, qui tentait à bord de sa voiture d'échapper à un contrôle d'identité, a été tué par un policier. Après avoir invoqué la légitime défense, le policier a reconnu avoir menti. Il assure désormais avoir tiré involontairement sur le jeune homme. "C'est à ce moment-là, dans le cadre de ce qu'il appelle un corps-à-corps, que le coup de feu est parti accidentellement pour toucher mortellement le conducteur", a expliqué vendredi 6 juillet le procureur de la République de Nantes (Loire-Atlantique), Pierre Sennès, lors d'une conférence de presse. 

Deux versions, une vérité

Lors d'une première déposition, le policier a assuré avoir tiré sur Aboubacar Fofana en raison de la dangerosité du conducteur. "Il était dans le déni", selon son avocat. Le CRS a été mis en examen pour "coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner." Il a été libéré après la fin de sa garde à vue et placé sous contrôle judiciaire dans l'attente de son procès. Il risque jusqu'à 20 ans de prison. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des fleurs et des bougies déposées le 6 juillet 2018 à Nantes (Loire-Atlantique), dans le quartier du Breil, là où un jeune homme a été tué par un CRS.
Des fleurs et des bougies déposées le 6 juillet 2018 à Nantes (Loire-Atlantique), dans le quartier du Breil, là où un jeune homme a été tué par un CRS. (SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP)