Cet article date de plus de deux ans.

Jeune homme tué à Nantes : le policier affirme finalement avoir tiré "par accident"

"Il a reconnu avoir fait une déclaration qui n'était pas conforme à la vérité", a déclaré à l'AFP son avocat Laurent-Franck Lienard.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un policier à Nantes, le 4 juillet 2018. (SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP)

Le policier auteur du tir ayant provoqué la mort d'un jeune homme mardi dans le quartier du Breil à Nantes a menti. Il affirme désormais avoir tiré "par accident", indique son avocat, vendredi 6 juillet. "Il a reconnu avoir fait une déclaration qui n'était pas conforme à la vérité, a déclaré à l'AFP son avocat Laurent-Franck Lienard. Nous sommes en attente de son déferrement. Normalement il doit être déféré dans l'après-midi". La veille, il avait été placé en garde à vue par l'IGPN pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Selon une source proche du dossier, le CRS a voulu saisir le volant de la voiture que conduisait la victime, tout en tenant son arme de l'autre main. Le coup de feu est parti à ce moment-là, sans qu'il soit déterminé, pour le moment, s'il était accidentel ou volontaire. Le policier avait d'abord expliqué avoir tiré de face sur le jeune homme alors que celui-ci était en train de reculer, au volant de sa voiture, sur une fillette à vélo et un autre CRS. Placé en garde à vue jeudi, il est revenu, ce vendredi, sur ses déclarations.

Sous le coup d'un mandat d'arrêt pour "vol en bande organisée, recel et association de malfaiteurs", le jeune conducteur a tenté de s'enfuir en effectuant une marche arrière, selon le procureur de la République de Nantes. Un policier a fait feu une seule fois, l'atteignant au cou.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.