Jeune homme tué à Nantes : le policier auteur du tir a été placé en garde à vue

Ce n'est qu’à l’issue de cette mesure de garde à vue que le procureur fera connaître les suites qu'il donnera à cette affaire.

Des CRS patrouillent dans une rue du quartier du Breil, à Nantes, le 4 juillet 2018.
Des CRS patrouillent dans une rue du quartier du Breil, à Nantes, le 4 juillet 2018. (SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP)

Le policier auteur du tir ayant provoqué la mort d'un jeune homme mardi dans le quartier du Breil à Nantes a été placé en garde à vue, annonce, jeudi 5 juillet, le procureur de Nantes. "Le fonctionnaire de police qui a fait usage de son arme de service et causé le décès de la victime a été placé en garde à vue ce jour à 12h40 par l'IGPN du chef de violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner", précise Pierre Sennès dans un communiqué.

"Les investigations menées par l’inspection générale de la police nationale (IGPN) et le service régional de la police judiciaire (SRPJ) se poursuivent activement", poursuit le procureur. "Ce n'est qu’à l’issue de cette mesure de garde à vue que le procureur de sera en mesure de faire connaître sa décision sur les suites à réserver à cette affaire", affirme le communiqué.

Une marche blanche organisée jeudi soir

L'annonce de la mort du jeune homme a provoqué deux soirs de violence, notamment dans le quartier du Breil, où se sont déroulés les faits. En déplacement à Nantes, le Premier ministre Édouard Philippe a exprimé sa "condamnation la plus ferme" des violences, en précisant que 19 interpellations avaient eu lieu la nuit dernière et que 11 gardes à vue étaient en cours. Il a également demandé que "toute la lumière soit faite dans la plus grande transparence sur les circonstances" dans lesquelles le jeune homme est mort.

Les proches du jeune homme tué mardi soir ont appelé au calme mercredi soir par la voix de leur avocat, avant une marche blanche prévue jeudi à 18 heures dans le quartier du Breil. Cette marche partira du 68 rue des Plantes, où s'est déroulé le contrôle de police qui a dégénéré.

Sous le coup d'un mandat d'arrêt pour "vol en bande organisée, recel et association de malfaiteurs", le jeune conducteur a tenté de s'enfuir en effectuant une marche arrière, selon le procureur de la République de Nantes. Un policier a fait feu une seule fois, l'atteignant au cou. Selon des sources proches de l'enquête, le conducteur aurait tenté de "prendre la fuite en reculant sur un fonctionnaire de police", ce que n'a pas confirmé le procureur en refusant de répondre à toute question. L'avocat des proches de la victime devrait prendre la parole à l'issue de la marche blanche pour évoquer le fond du dossier.